Paroles de Gilets jaunes après le discours de Macron

« Bon, bah les gens sont en colère ! C’est bien ! » Quelques minutes après la fin du discours d’Emmanuel Macron, hier soir, les réactions des gilets jaunes rassemblés dans ce bar de Caen vont de la dérision à l’exaspération. Après trois semaines à enchaîner les occupations de ronds-points, ralentir les départs des camions des dépôts de carburant, obliger les principaux centres commerciaux de l’agglomération à fermer, les mots du Président de la République ne semblent pas avoir calmé la colère des gens présents ce soir-là. […]
Pour les gilets jaunes rassemblés dans le bar, ces annonces sont de la poudre de « perlimpinpin ». « L’augmentation du Smic, ok ! Mais quand le fait-il ? En 2019, mais quel jour ? Nous attendons des choses concrètes et pas qu’on demande à des patrons qui n’ont pas les moyens de verser une prime, estime Gaëtan, blessé il y a une semaine lors de l’évacuation par les CRS d’un rond-point. Et puis ce sont les salaires qu’il faut augmenter, pas uniquement le Smic, sinon, ceux qui sont juste au dessus du Smic n’obtiennent rien ! » […]
Une lycéenne franchit la porte du café. « Est-ce que vous venez bloquer mon lycée, demain ?, demande-t-elle. Si c’est le cas, je ne vais pas en cours. » Sa remarque fait rire les gilets jaunes. « Bloque-le, et on viendra t’aider ! », lui répond l’un d’eux. […]
« Nous, on paie pour nos parents qui n’ont pas assez de retraites. Et nous devrons aussi payer pour nos enfants, explique Gaëtan à propos des raisons qui l’ont poussé à rejoindre le mouvement. Nous ne pouvons pas faire les deux en même temps. Avant, c’était la classe populaire qui n’arrivait pas à boucler les fins de mois. Désormais, c’est la classe moyenne. » Hier soir, plus que les annonces du président qui déçoivent, c’est son style que les gilets jaunes continuent de trouver « méprisant ». […]
Pour Jérémy, les annonces du président ne sont pas assez concrètes. « En quoi mon pouvoir d’achat va augmenter ?, demande-t-il. Les classes moyennes vont rester pauvres. » « Quand Emmanuel Macron défend sa décision de ne rien changer à l’ISF, on a l’impression que nous sommes des méchants qui s’attaquent aux riches, raconte Gaëtan. Mais on demande juste à ce que les riches paient autant d’impôts proportionnellement que les pauvres. »
« Cela va dégénérer », lance un gilet jaune pour qui la revendication principale d’une baisse des taxes n’est pas écoutée. « On commence à être exaspérés », exprime une autre personne. « Jusqu’à maintenant, les gens sont pacifiques », prévient-elle en référence au mouvement caennais.

Simon Gouin, « Gilets jaunes : "On sent bien qu’Emmanuel Macron n’est pas dans le même monde que nous" », Bastamag, 11 décembre 2018.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.