« Mur des cons » : magistratEs sous surveillance

Malgré l’encombrement des tribunaux, conséquence, notamment, des centaines d’arrestations dans le cadre de la mobilisation des Gilets jaunes, l’appareil judiciaire à réussi à dégager quatre journées d’audience pour l’affaire du « Mur des cons » du Syndicat de la magistrature (SM) dont l’ancienne présidente Françoise Martres est poursuivie pour « injures publiques ».

Tout a commencé en avril 2013 avec la publication par le site Atlantico d’images du « Mur des cons », tournées clandestinement par un journaliste de France 3 dans les locaux du syndicat. 

Offensive contre le syndicalisme des magistrats

Quelques-unEs des « affichés » se sont d’ailleurs présentés au tribunal : Dieudonné, Robert Ménard, Wallerand de Saint-Just (RN), Guy Geoffroy (LR), et le général en retraite Philippe Schmitt. D’autres illustres « affichés » ne se sont pas déplacés, tels Patrick Balkany, Nadine Morano et Éric Woerth (LR) ou Philippe de Villiers. 

Comme le parquet tout au long de l’instruction, le procureur a considéré qu’il n’y avait pas lieu à poursuivre la prévenue au motif que le local syndical dans lequel était affiché le fameux panneau n’était pas un « lieu public ». En fait, ce procès fut plutôt l’occasion pour ces représentants de droite d’une énième offensive contre le syndicalisme des magistrats. À laquelle le SM a répondu par le rappel d’une histoire dans laquelle les juges classés « à gauche » ont dû, à de nombreux reprises, affronter les dénonciations violentes, dont celles d’un Sarkozy lui-même auteur du sinistre « Casse toi pauv’con ».

Le procès du « Mur des cons » s’est achevé, vendredi 7  décembre, par des réquisitions de relaxe, et le jugement mis en délibéré pour le 31 janvier.

Robert Pelletier

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.