Municipales : pas une seule voix pour le FN à Perpignan

Ci-dessous la motion que le NPA présente au vote à l’occasion de la consultation interne organisée par L’Alternative - Perpignan écologique et solidaire qui a présenté une liste au premier tour des élections municipales de Perpignan et qui a obtenu un peu plus de 6,5%. Cette liste, à l’initiative d’un groupe de citoyenNEs, était soutenue par le PCF, la FI, Génération.s, l’ERC et le NPA.

La campagne pour les élections municipales a permis à l’ensemble des organisations de gauche souhaitant un changement radical pour la ville de Perpignan de se rassembler, avec des citoyens non membres de partis politiques pour créer une dynamique citoyenne dans le but de permettre à la population de Perpignan de s’approprier la démocratie et d’avoir un vrai pouvoir de décision sur la ville et ce, dans une perspective de lutte contre la pauvreté et les inégalités qui résultent de tant d’années de politiques libérales menées depuis 50 ans par la droite locale. Cette campagne a été aussi l’occasion pour l’Alternative de répondre à l’urgence écologique en lien avec les besoins sociaux et en s’opposant au capitalisme vert qui vise à faire de l’écologie un nouveau marché rentable.Enfin nous avons été la seule liste ayant un fonctionnement démocratique que ce soit dans l’élaboration du programme, la désignation du binôme tête de liste et pour l’ensemble de l’organisation de la campagne électorale, via les différentes décisions prises par les assemblées citoyennes.Le NPA a été présent dès le début, ainsi que d’autres organisations et citoyens, pour la construction de cette dynamique afin de permettre un changement radical sur Perpignan qui réponde aux intérêts des classes populaires et pour soutenir toutes les luttes qui, sur le plan local, national ou international, combattent le système capitaliste. Nous affirmons clairement que les élections ne permettent qu’un changement partiel et que celles-ci doivent être au service des luttes pour imposer un changement du rapport de force en vue de changer la société.

La campagne électorale a montré la situation dans laquelle se trouve Perpignan après tant d’années de libéralisme. Dans ce contexte il est plus que nécessaire de construire, sur le long terme et au delà des échéances électorales, une dynamique de gauche combative qui, quel que soit le résultat du second tour, occupe le terrain et soit présente activement dans les luttes sur les questions environnementales, sociales, démocratiques. Plusieurs initiatives dans les semaines à venir doivent permettre aux classes populaires, après le confinement, de reprendre la rue. Cela implique donc la continuation de l’Alternative. Mais cela ne peut se faire que si la dynamique impulsée par l’Alternative reste en totale indépendance par rapport aux partis qui prônent une politique libérale au plan local, c’est à dire le PS et EELV. Cela implique donc aucun accord de fusion pour le second tour avec la liste conduite par Agnès Langevine ou toute autre liste présente au second tour. Un tel accord reviendrait à appliquer une politique contraire à ce que l’on a défendu pendant la campagne tant au niveau de la démocratie que du social ou de l’écologie. Cela reviendrait à annuler toute possibilité de continuer à construire l’Alternative sur le terrain par une dynamique unitaire et démocratique dont nous aurons immanquablement besoin pour nous opposer à la politique de la nouvelle municipalité qui, si elle passe entre les mains du Rassemblement National, aura un boulevard créé par le vide que nous aurons laissé.

Pour le second tour nous ne donnons pas de consigne de vote mais nous affirmons que pas une seule voix ne doit aller au candidat du Rassemblement National et qu’il faut préparer dès maintenant la riposte aux attaques de la future municipalité.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.