Marseille : au-delà du 5 décembre ?

Depuis plusieurs semaines déjà, CGT 13 et Solidaires appelent au 5 décembre et à ses suites. Le meeting intersyndical du 14 novembre (CGT, FSU, Solidaires, UNEF, FSE, Gilets jaunes) avait donné un ton unitaire à cet appel. À cette occasion, la CGT appelait à se mobiliser dès le 7 autour des chômeurEs, mobilisation à laquelle étaient invitées les organisations « progressistes » (la gauche sauf PS et EÉLV).

« Cette seule journée du 5 décembre ne suffira pas »

L’AG CGT de militantEs du 25 précisait « Nous sommes tous conscients que cette seule journée du 5 décembre ne suffira pas. Cette journée sera déterminante pour les suites ».

Depuis, les appels à la grève se chiffrent à près de 300 sur le département, et 90 reconductibles.

Agroalimentaire, SNCF (reconductible), commerce (Casino, Auchan, Carrefour, Monoprix, Gal. Lafayette, Printemps, FNAC, Leclerc…), BTP, Poste-télécom (reconductible), industrie chimique (Arkéma, Total, Naphta…), Centrale de Gardanne, CPCAM (reconductible), santé (privée et publique, dont APHM reconductible), services publics, dont plusieurs en reconductible (Métropole, conseils départemental et régional, villes de Marseille, Aubagne, Gardanne…), transports RTM, RDT 13 en reconductible, Air France.

Au total, un nombre d’appels comme on n’en avait pas connu depuis longtemps.

Indépendamment des relations unitaires avec FSU et Solidaires, l’importance prévisible de la mobilisation n’est pas étrangère au poids de la CGT sur le 13, et à son positionnement généralement très combatif (cf. appel à bloquer l’économie à partir du 5 décembre).

Plusieurs initiatives visant le commerce (très important sur le 13) ont déjà été prises sur les zones commerciales de Marignane, Gardanne, Arles, Plan-de-Campagne ou Vitrolles.

Pour le 7 décembre, se mobiliser autour des chômeurEs sera une réponse par avance à la campagne médiatico-gouvernementale selon laquelle le 5 décembre est un mouvement de défense des régimes spéciaux.

Lors de la réunion avec les organisations syndicales, politiques et associatives du 19 novembre, Solidaires, PC, PRCF et bien sûr NPA, ont apporté leur soutien à l’initiative. Se disant non mandatée, la FSU ne s’est pas prononcée.

Mais ce 7 décembre ne se limitera pas à la manif avec les privéEs d’emploi, et verra aussi des mobilisations (débrayages, diff’ de tracts, blocages) sur des zones commerciales : Marseille-Le Merlan, Arles, Aubagne ou Istres.

Bien des ingrédients qui font du 5 décembre un moment très fort de lutte sur le 13, et on l’espère, inscrit dans la durée, quelles qu’en soient les formes.

Correspondant 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.