Le maire de Fréjus demande à la municipalité de payer les frais de justice contre ses opposants politiques

Dans les mairies RN, le vernis de la respectabilité se craquelle, à Fréjus comme ailleurs : Rachline fait payer aux fréjusiens ses frais de justice pour attaquer Manon Aubry, eurodéputée LFI.

Au RN, on a beau jouer la respectabilité on retrouve rapidement les vieilles habitudes. Le sénateur-maire de Fréjus a ainsi décider de faire payer par la municipalité les frais de justice d’une plainte qu’il dépose contre Manon Aubry, eurodéputée LFI (et elle-même fréjussienne). En cause, les déclarations de Manon Aubry qui, dans une interview publiée dans Var Matin le 28 avril, déclare notamment « le RN à Fréjus vend le patrimoine de la ville à ses copains ». Difficile de lui donner tort quand on sait que Rachline a (entre autres) engagé un projet de bétonnage du principal espace vert de la ville sur le littoral (la base nature).

Pour faire payer les frais d’avocats aux contribuables, il utilise une procédure encadrée par la loi : la « protection fonctionnelle » qui prévoit la prise en charge des frais d’avocats quand l’élu est victime de « menaces, attaques, violences, injures, diffamation ou outrages »dans le cadre de l’exercice de son mandat. Il y a pourtant loin entre les propos de Manon Aubry et les situations prévues par la loi. 

Dans la foulée, Rachline se fait octroyer la même protection fonctionnelle pour porter plainte contre un habitant de la ville ayant écrit : « les magouilles du maire, chez moi, c’est fini ».

Le message est clair : pour Rachline « Fréjus c’est moi » et critiquer la politique du maire ou du RN c’est s’exposer à des poursuites en justice. Un parfum de déjà vu pour tout ceux qui connaissent les pratiques du RN, ex-FN, dés qu’il sont au pouvoir quelque part.

NT

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.