Pas de trêve pour la grève à Leroy-Somer !

Après le week-end des 27 et 28 décembre où les piquets ont été bien tenus, elle connaît ce soir un nouveau développement : la direction attaque les grévistes en référé devant le tribunal de Grande Instance d'Angoulême.  9 camarades (des militants syndicaux de la CGT qui étaient au piquet de grève quand l'huissier s'est pointé la semaine dernière) sont cités à comparaître sous plusieurs chefs d'accusation : "entrave" au travail, "séquestration" et "feu dangereux". Il y a une demande d'astreinte contre eux de 200 € par jour si les piquets ne sont pas levés. Rien de tout ça n'est vraiment fondé et les avocats chargés de la défense disent que le dossier patronal ne tient pas la route. 
L'audience est à 14 heures, et la décision a été prise par les grévistes lundi soir d'appeler à un rassemblement devant le tribunal dès 12h30 pour entrer dans la salle du tribunal. Demain matin on en rediscute pour préparer la manif et une intervention à la sortie après le jugement qui sera rendu très vite. 
La grève est plutôt populaire. Nous avons distribué samedi sur un marché (copains du NPA, PCF et PG) un tract des grévistes qui nous a permis de vérifier que beaucoup de monde pense que les grévistes ont raison. Ce matin, nous avons aussi distribué 500 exemplaires de notre propre tract NPA dans un rond point d'Angoulême et nous l'avons fait circuler sur les piquets de grève. 
Preuve de la popularité, les grévistes sont toujours ravitaillés en dons et nourriture par des gens qui viennent les voir. 
Une délégation d'une dizaine de militantEs du PG, avec deux responsables nationaux, est passée sur le site. 
Mais le plus important c'est que l'attaque patronale a resserré les liens et que ça relance la détermination de toutes et tous. Le réveillon du jour de l'An, après celui de Noël, se prépare activement. Nous discutons surtout de la préparation de la suite et notamment de la journée de lundi le 5 janvier. L'idée c'est de tenir les piquets jusque là, tout en prenant en compte la décision du tribunal. Des initiatives sont en discussion pour une renforcer la mobilisation à l'approche des NAO qui commencent le 7 janvier. 

 

LES SALARIES DEVANT LE TRIBUNAL : CA S'EST BIEN PASSE POUR NOUS, RÉSULTAT DEMAIN MATIN !
Ce mardi 30 décembre à 14 heures, 9 salariés de Leroy-Somer étaient convoqués devant le tribunal des référés d'Angoulême, accusés par la direction de divers "délits" dont le principal était bien évidemment le blocage des portes des usines de Rabion et de la Fonderie.
Environ 150 personnes les ont accompagné pour les soutenir dans la grande salle d'audience ! Autant dire qu'il y avait de l'ambiance et que cela a plombé d'autant la plaidoirie de l'avocat du patron. Les défenseurs des salariés se sont montrés par contre très convaincants pour dénoncer la tentative d'intimidation des grévistes. Ils ont dénoncé l'indigence des arguments de la direction sur le plan juridique et montré que les travailleurs étaient dans leur bon droit en se défendant par la grève.

Chacun des deux avocatEs ont été applaudi(e)s chaleureusement après leur plaidoirie !
La juge a mis sa décision en délibéré jusqu'à demain mercredi à 9 heures. L'avocate des salariés viendra donc nous en faire part sur le piquet de grève. Bien évidement tout le monde est confiant dans la décision qui, on l'espère tous, nous sera favorable.
Quoi qu'il en soit, l'initiative patronale a produit l'effet principal de renforcer le moral des grévistes et d'accroître leur nombre au piquet de grève. Demain, après l'annonce du jugement, se tiendra une AG des grévistes pour décider de la suite du mouvement. L'objectif reste toujours de tenir jusqu'au lundi 5 janvier pour aborder la reprise après les vacances en position de force et de se donner les moyens d'étendre la grève dans tous les départements de l'usine. Le moral est là pour y arriver !

Correspondant

 

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.