Palestine : le devoir de persévérance !

Deux mois après l’agression sauvage contre le peuple palestinien de Gaza, la situation reste dramatique. Et nécessite toute notre mobilisation !

Des cadavres gisent encore sous les décombres, et les conditions sanitaires sont effroyables. Le blocus continue, et l’armée d’occupation ne laisse rentrer qu’au compte-goutte les camions des organisations humanitaires. Les gazaouis restent coupés du reste du monde. Le contrôle des frontières ne s’applique pas seulement aux marchandises, mais aussi aux personnes, et rares sont les internationaux autorisés par l’occupant à entrer dans Gaza. Défaits politiquement, et n’ayant pu venir à bout de la résistance, l’armée et le gouvernement israéliens entendent faire payer leur échec à tout un peuple. Les négociations engagées à l’issue du cessez-le-feu sont dans l’impasse, et rien ne laisse présager une quelconque « ouverture» de la part du gouvernement d’extrême droite qui siège à Tel Aviv.

Suspendre l’accord d’association avec Israël
Une nouvelle fois discrédité par une opinion publique internationale indignée par les massacres de juillet, Israël compte, comme toujours, bénéficier de l’appui inconditionnel que lui ont jusqu’à présent manifesté les USA et l’Union européenne. Ce soutien s’est une nouvelle fois manifesté vendredi 26 septembre à l’issue de la déclaration de Mahmoud Abbas devant l’assemblée générale de l’ONU, qualifié de « provocateur » par la porte-parole de la Maison-Blanche. L’Europe, quant à elle, n’a toujours pas répondu à l’exigence de suspension de l’accord d’association avec l’État d’Israël.
À l’initiative de 24 associations palestiniennes, un appel a été lancé pour qu’à travers toute l’Europe, les partis, associations et organisations de soutien à la Palestine, fassent grandir cette revendication vieille de plus de dix ans. Le NPA est bien sûr signataire de cet appel, et invite tous ses militantEs à le faire connaître et signer largement.

Manifestations les 9-10-11 octobre dans les régions, le 18 à Paris
Tandis que les actions de la campagne Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS) se multiplient  et mettent dans la difficulté l’application de la circulaire Alliot-Marie / Mercier non abrogée par Taubira (voir article ci-contre), l’AFPS appelle ce mois-ci dans un cadre unitaire à une campagne de mobilisation ayant pour but de remobiliser le mouvement de soutien à la Palestine pour exiger la levée du blocus de Gaza, la mise en place d’un embargo sur les livraisons d’armes, la suspension de l’accord d’association avec Israël, et la reconnaissance de l’État palestinien.
Quelles que soient les nuances dans les revendications portées par les différentes composantes du soutien à la Palestine, ces échéances proposées nous paraissent importantes. Le NPA a d’ores et déjà répondu présent à cet appel.

Refuser la criminalisation, soutenir les inculpéEs
Les 22 et 29 octobre se tiendront à Paris les procès des camarades accusés, à des titres divers, d’avoir organisé ou appelé aux manifestations interdites du mois de juillet. Une large mobilisation se met en place afin de faire de ces procès une tribune de dénonciation du gouvernement français, de sa politique d’alignement sur les positions de Tel Aviv.
En particulier, le 22 octobre, un appel unitaire à rassemblement devant le palais de justice de Paris se tiendra à partir de 9 heures. Il aura été précédé d’un large appel public de personnalités refusant la criminalisation de la solidarité.
Car cette solidarité est un devoir, qu’aucune interdiction ou restriction ne peut stopper. Palestine vivra, Palestine vaincra !

Alain Pojolat

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.