Mort de André Baudry : Austère, conservateur, mais pionnier du mouvement homosexuel en France.

André Baudry est mort le 1er Février 2018 à Naples.

En 1954 il avait fondé la revue française Arcadie. Revue dite « homophile » qui fut transformée en « Mouvement homophile de France ». C'est, de fait, la première véritable association homosexuelle française. 

Arcadie était à la fois une revue littéraire — qui compta jusqu’à 30 000 abonnés, soit plus que Têtu — et une association conviviale, dont les soirées au local de la rue du Château d’Eau à Paris ont rythmé la vie gay de la capitale pendant de nombreuses années.

Baudry a été poursuivi pour outrage aux bonnes mœurs, Il a dû faire face à l’amendement Paul Mirguet comptant l'homosexualité parmi les « fléaux sociaux » et le fichage des homosexuels par la Préfecture de Police de Paris, entre autres.

Il a longtemps lutté pour "le droit à l'indifférence" : pouvoir avoir des relations entre hommes dans l'indifférence du reste de la société. Conservateur, Il critiquait régulièrement lors de ses « sermons » devant les adhérents de l’association l’obsession des homosexuels pour le sexe. 

Dans les années 70 sera crée le Fhar (Front homosexuel d'action révolutionnaire) et les Groupes de libération des homosexuels (GLH), rompant avec la discrétion et la respectabilité prônées par Baudry, ils se battront pour "le droit à la différence" pour rompre avec le système hétéronormé, réprésif et capitaliste.

Baudry n’en reste pas moins un pionnier, qui est intervenu plusieurs fois à la télévision, à une époque où peu de gays osaient s’afficher publiquement. Il aura vu la dépénalisation de l'homosexualité, le pacs, le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe. 

Sa mort peu nous rappeler que l'homophobie, et l'homophobie d'état trouvent aussi leurs racine chez "les civilisés" les "pays des droits de l'homme" les pays "qui sont assez rentrés dans l'histoire" contrairement à ce qu'on essaye de nous faire croire dans cette trouble période.
Comme toujours, seule la lutte paye.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.