Les Nôtres : Évelyne Brunel

Évelyne nous a quittés. Elle avait planté le drapeau du NPA en plein Morvan !
Engagée dans la lutte dès 1968, elle n’a cessé d’affirmer ses convictions féministes et antiracistes dans les quartiers populaires, notamment à Alfortville. Elle a donné des cours de français aux migrants, accueilli des réfugiés chiliens après le coup d’État de 1973... Membre du Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception, elle a aidé matériellement des femmes voulant avorter.
Intermittente du spectacle, elle a finalement déposé ses valises à Chiddes. Outre son jardin, elle a cultivé la solidarité et participé à l’organisation de rencontres à Luzy. Elle a rejoint la LCR en 2005, y trouvant la radicalité contre une société dirigée par l’argent, comme la recherche de l’unité dans l’action des anticapitalistes. Elle nous a impressionnés lors des présidentielles de 2007 en sillonnant la Nièvre et la Saône-et-Loire. Avec ce même esprit, elle a participé activement à la création du NPA.

Bien que ne pouvant se déplacer à l’AG élective du dernier congrès elle s’est investie et a tenu à donner son avis et à voter, refusant de céder à la lassitude ou au doute. La voix et la main restaient fermes, c’est le cœur qui a lâché.
Son comité a perdu sa trésorière mais par-delà le regret, il lui reste le sillon à suivre. À ses proches, à ses deux filles Florence et Célia et son compagnon Alain, il adresse ses condoléances attristées, en partageant leur peine, mais aussi en gardant le souvenir de son énergie et de sa ténacité.

Ses camarades

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.