Les Nôtres : Alain Francon

Alain vient de nous quitter dans sa soixante-cinquième année.
Alain, employé municipal, tu venais de partir à la retraite. Avant d’entrer à la ville d’Annecy, tu avais pratiqué plusieurs métiers.
Dans un passé lointain, tu avais milité au Parti communiste. En 2008, à l’occasion de la venue d’Olivier Besancenot à Annecy, tu avais rejoint la LCR, et en 2009, tu as tout naturellement participé à la création du NPA. Depuis cette date, tu n’as pas loupé beaucoup de manifestations : tu faisais partie de la petite équipe qui portait haut les couleurs du NPA, drapeau au vent, et toujours disponible pour aller distribuer un tract.

Homme discret et chaleureux, tu ne faisais pas de grands discours en réunion mais tu racontais souvent quelques anecdotes sur ce que tu avais vécu et sur la réaction aux événements politiques des gens que tu fréquentais. Tes remarques étaient précieuses pour nous aider à mesurer l’état d’esprit de la classe ouvrière.

Il arrivait que tu te confies plus personnellement, nous parlant avec fierté de tes enfants, notamment de ton fils Arnault et de ses activités sportives et de ta fille Coralie, musicienne. Quand tu parlais d’eux, on sentait combien tu les aimais, et combien ils étaient proches de toi, partageant beaucoup de tes valeurs : ton fils Arnaud avait même accepté d’être présent sur la liste aux élections municipales présentée par le NPA.
Alain, tu nous manques déjà. Nous ne t’oublierons pas. Nous continuerons ton combat.
Ses camarades de Haute-Savoie

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.