Le jeu de cartes géopolitique rebattu par la crise coréenne

Les États-Unis ont repris l’offensive en Asie orientale à l’occasion de la crise coréenne ; quant à la Chine, elle a temporairement perdu l’initiative. L’impérialisme US est loin d’avoir gagné la partie, mais il a marqué des points significatifs dont la portée affecte toute la région – et bien au-delà du fait, en particulier, de l’accélération de la course aux armements nucléaires qu’elle induit.

Longtemps annoncé, le repositionnement des États-Unis sur le « pivot » Asie-Pacifique n’avait pas vraiment eu lieu sous la présidence Obama. Donald Trump a commencé par se désengager de cette région clé, en se retirant des accords de libre-échange en cours de négociation et en laissant ainsi sur ce terrain le champ libre à la Chine.

À l’occasion de la crise coréenne, il a repris l’initiative sur le plan militaire : là où la suprématie US est la plus écrasante. Le personnage est impondérable et sa façon d’abuser du tweet ou de l’invective est tout à la fois inquiétante et ridicule. Le combat de coqs entre Trump et Kim ne doit cependant pas masquer l’essentiel : l’offensive des États-Unis est sérieuse, soutenue et commence à avoir des conséquences profondes.

Un point d’équilibre conflictuel s’était constitué en Asie orientale. Pékin avait l’initiative en mer de Chine du Sud grâce à son poids économique et à l’occupation militaire de l’espace maritime. Washington avait la main dans le nord grâce à son réseau de bases et ses alliés plus ou moins subordonnés (Corée du Sud, Japon). La Russie, puissance sibérienne, était maintenue à la marge.

Cet équilibre n’était que temporaire. Au sud, Washington envoyait la 7e flotte cingler au large d’îles artificielles construites par la Chine et, au nord, Pékin envoyait avions et navires contester les prétentions japonaises sur des micro-archipels, testant la détermination des États-Unis. Cet équilibre instable est aujourd’hui rompu par l’ampleur de l’intervention US sur la question coréenne, mais aussi par une piqûre de rappel effectuée aux Philippines.

Dossier préparé par Pierre Rousset

 

 

Le grand jeu asiatique

Asie centrale (ou médiane), Asie du Sud, du Sud-Est, Extrême-Orient ; mondes musulman, indien et chinois… L’Asie n’existe pas comme entité historique si ce n’est, depuis le 20e siècle surtout, sur le plan géostratégique, où tout s’entrechoque, ne serait-ce que du fait de la Chine d

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.