La grève des postières et postiers de Basse Normandie continue !

Depuis  le 24 février, les facteurs de la Basse-Normandie sont en grève reconductible. Une grève massive puisqu’il y a plus de 60% de grévistes dans toute la région (1236 facteurs en grève ), avec des pointes à plus de 85 % voire 100 % sur certaines plaques de distribution. Une manifestation mardi 24 février  a rassemblé près de 600 postiers en tenue venus des trois départements dans les rues de Caen vers la direction régionale… dont le directeur était justement absent ! C’est donc à l’unanimité que la grève a été reconduite à mains levées devant les bureaux de la direction régionale, avec le soutien des organisations syndicales Sud, CGT et CFTC de Basse Normandie ainsi que de FO Manche et Orne. La colère est forte et les facteurs sont déterminés, chaque jour des AG sont organisées dans les bureaux de la région.

Les facteurs ne veulent pas de la pause méridienne obligatoire qui entraînerait une modification très importante de leurs conditions de travail et de vie. Ils protestent aussi contre toutes les réorganisations incessantes imposées par la direction de la Poste depuis plusieurs années. La Poste veut désormais aller plus loin, elle parle de « nouveaux métiers » qu’elle veut faire prendre en charge par les facteurs, comme le permis de conduire ou même s’occuper des animaux domestiques. Elle admet elle-même que ces tâches ne représenteront moins de 1% du Chiffre d’Affaires du Groupe en 2020. Son objectif est simple : rendre les postiers corvéables à merci, faire travailler les postiers toujours plus longtemps, alourdir leur charge de travail… pour un salaire de misère.

Voilà pourquoi le mouvement de grève des facteurs de Basse-Normandie est porteur d’espoir : c’est en regroupant leurs forces, qu’ils soient syndiqués ou non, quel que soit leur centre ou leur métier, que les postiers feront reculer la direction de la plus grosse entreprise du pays, dont l’actionnaire principal est l’État. C’est par la convergence des luttes que le monde du travail sera en mesure de mettre un coup d’arrêt aux suppressions d’emplois et de balayer les politiques patronales et gouvernementales anti-ouvrières.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.