Malgré la répression, la mobilisation est relancée à l'université Lyon II

Vendredi dernier, la police a expulsé les étudiants puis attaqué le rassemblement qui s’était constitué devant la fac, faisant plusieurs blessés sérieux : dents cassées, mains cassées, blessure au crâne… Ce lundi 23 avril, les deux campus ont été bloqués le matin. Une assemblée générale a alors regroupé 1200 étudiantEs. Elle a voté à une grosse majorité la reconduction du blocage (627 pour, 280 contre, 60 abstentions) et l’occupation de l’université quasiment à l’unanimité. Elle également acté la volonté de construire la mobilisation jusqu’au retrait de la loi LORE et d’aller à la rencontre des autres secteurs pour gagner contre le gouvernement.

Un rendez-vous a été proposé par la présidence, auquel une délégation se rendra, mais nous avons également décidé un appel à sa démission en raison de la demande d’intervention policière de la semaine dernière. Nous avons demandé au enseignantEs de donner les cours de façon numérique pour que les étudiants puissent apprendre des choses même si les cours et les partiels n’ont pas lieu.

Ce mardi, un rendez-vous est pris pour manifester avec les cheminotEs et aller à la rencontre de Gattaz, le président du Medef.

Correspondant

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.