Des étudiantEs mobilisés contre la sélection arrêtés à Besançon

-A +A
Jeunesse
actualité

Etudiants, pas criminels ! Comme le dit M. Bahi, « ça suffit » !

Revendiquer la non-sélection pour la poursuite de ses études, est-ce un crime ? Un délit ? Apparemment en tout cas, pour la présidence de l’UFC, c’est un horrible affront qu’elle ne tolère plus.

Ce mardi, des étudiants se sont mobilisés à l’occasion du CA de L’Université de Franche-Comté qui devait se tenir. Quoi de plus normal, dans un contexte où ils subissent au quotidien les conséquences de l’austérité ? Il y a quelques semaines encore, c’était contre le budget avec ses fermetures de filières, ou encore pour demander que les amphis de l’Arsenal soient tout simplement chauffés. 

Cette fois-ci, la mobilisation portait donc sur le refus de la sélection en Master, qui participe encore un peu plus à mettre les étudiants en concurrence, et pénalise encore un peu plus les plus précaires d’entre eux. L’objectif des étudiants était simplement de lire une motion à l’attention des membres du CA, et de demander à ce que celui-ci soit reporté afin que la discussion puisse se dérouler dans le cadre d’un processus réellement démocratique. Quoi de plus normal pour une institution qui se prétend vouloir élever le niveau de conscience, de réflexion et d’échange ? Manifestement, ces belles idées restent rangées au fond des cartables des gestionnaires, et ce n’est pas la conception du débat pour la présidence de l’université… C’est peut-être ça leur « dialogue social » : évacuation violente par les forces de l’ordre, 18 étudiants en garde à vue accusés de séquestration et de rébellion pour deux d’entre eux, poursuites judiciaires et conseil de discipline !

Parce que les étudiants qui se mobilisent ne sont pas des criminels, le NPA leur apporte toute sa solidarité pleine et entière. Nous exigeons la libération des étudiants, et l’abandon de toutes les charges !

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.