Yémen : des navires de guerre français utilisés par l’Arabie saoudite

Des vidéos, exhumées par le collectif de journalistes Disclose, en coopération avec Mediapart, Arte, Bellingcat et la cellule investigation de Radio France, ainsi que le média néerlandais Lighthouse Reports, établissent que des navires de guerre français vendus à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis sont utilisés dans la sale guerre contre le Yémen. Les vidéos montrent que plusieurs de ces navires ont participé activement au blocus imposé au Yémen par l’Arabie saoudite et ses alliés, aux conséquences humanitaires tragiques avec, s’il ne fallait retenir qu’un seul chiffre, 14 millions de personnes en situation de famine ou de préfamine selon l’ONU et des ONG.

Selon l’enquête de Disclose, la participation de la France ne se limite pas à la fourniture de matériel militaire. Comme le résume le Monde, « [l’]enquête montre en effet que des salariés liés à l’entreprise française CMN assurent la maintenance de la flotte des Émirats, mais surtout qu’une autre entreprise française, Naval Group, était également chargée de la maintenance de frégates saoudiennes entre 2013 et la fin 2018. » En résumé, vente d’armes, et service après-vente…

Une fois de plus, il est donc établi que les autorités françaises ont menti en affirmant à plusieurs reprises, alors qu’elles avaient en main plusieurs éléments démontrant le contraire, que les armes vendues à l’Arabie saoudite et aux Émirats n’étaient pas utilisées dans la sale guerre au Yémen. On se souviendra ainsi de cette déclaration de Matignon en avril : « À notre connaissance, les armes françaises dont disposent les membres de la coalition sont placées pour l’essentiel en position défensive, à l’extérieur du territoire yéménite ou sur des emprises de la coalition, mais pas sur la ligne de front. Nous n’avons pas connaissance de victimes civiles résultant de leur utilisation sur le théâtre yéménite. » Vous avez dit mensonge d’État ?

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.