Paris : Rencontre autour de l’Indonésie.

Dans une ambiance chaleureuse, le café auvergnat Lou Pascalou de Ménilmontant a accueilli samedi 10 décembre une soirée Indonésie, à l’initiative notamment du NPA.
En première partie, Fanny Thoret, interprète et traductrice indonésien-français, a présenté un court métrage, Buruh Seni (« Artiste ouvrier ») d’Eden Junjung sur le travail de Digie Sigit, praticien du street art et musicien. « DS » y expose sa conception du lien entre art, artiste et société, sur le sens et la forme de son engagement auprès des exploitéEs. L’image d’une « Che Marsinah », béret sur la tête et cheveux rebelles à la Guevara, ponctue toute son activité artistique. Marsinah est en effet devenue un symbole tant pour les combats sociaux que pour les féministes dites de lutte de classe (pour reprendre une formule française). Ouvrière dans une entreprise, elle avait participé à une grève, puis protesté auprès des militaires après l’arrestation de 13 de ses camarades, forcées à signer des lettres de démission. Kidnappée, elle est morte sous la torture. Son corps a été retrouvé le 8 mai 1993, jeté au bord d’une rizière.
Pour la seconde intervenante, Ikapratiwi Mutiara (« Ika »), Marsinah est bel et bien un symbole important. Ika appartient en effet à l’organisation Perempuan Mahardhika (Femmes libres) dont l’essentiel d’une activité multiforme se fait avec les ouvrières d’industrie. Elle leur permet de s’exprimer grâce à la création d’une radio militante et d’aborder entre elles des sujets tabous, comme le harcèlement sexuel auquel elles se trouvent confrontées dans le monde du travail ou les discriminations dont elles sont victimes dans la société. Grâce à l’expérience accumulée par Perempuan Mahardhika, Ika nous a permis de mieux comprendre les liens, dans le contexte indonésien, entre revendications de classe et de genre. Pendant la discussion, elle a aussi pu présenter les nombreux réseaux de lutte LGBT.
Solidaire, cette soirée fut particulièrement intéressante.


Pierre Rousset

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.