Les peuples en révolte montrent la voie

Depuis plusieurs semaines, les mouvements de résistance se multiplient et s’intensifient  à l’échelle internationale. Au Chili, au Liban, en Équateur, à Hong Kong, en Algérie, en Irak, à Haïti ou en Catalogne, des centaines de milliers de personnes occupent la rue, se mettent en grève contre la dégradation de leurs conditions de vie, le manque de démocratie et/ou la violence d’État. Ces résistances, par leur détermination, leur durée, montrent la voie à suivre pour toutes celles et ceux qui refusent de se résigner face à la catastrophe capitaliste. 

Si ces mobilisations ont chacune leurs spécificités, les ressorts sont partout les mêmes. Ils nous rappellent, à bien des égards et toutes proportions gardées, le mouvement des Gilets jaunes, et il y a bien des similitudes quant aux éléments déclencheurs des luttes en cours. Augmentation des taxes sur l’essence en Équateur, sur les communications internet au Liban, augmentation du prix du ticket de métro au Chili : c’est bien la mainmise des capitalistes sur les transports, l’énergie, les réseaux de communication, ainsi que la dégradation des services publics, qui sont violemment contestés. Partout les peuples en lutte se mobilisent contre la vie chère, les inégalités croissantes et le déni démocratique qui accompagnent les politiques néolibérales. 

À Hong Kong et en Catalogne, les revendications d’émancipation des peuples, de démocratie, de refus de la répression policière et politique, font écho aux revendications sociales dans un système global au sein duquel la fuite en avant néolibérale s’accompagne d’une restriction toujours plus forte des droits démocratiques. On remarque aussi la présence, diffuse ou explicite, de revendications écologistes, touchant notamment au contrôle de la terre et des ressources naturelles, ce qui n’a rien d’étonnant, bien au contraire. Comme l’a en effet fort justement remarqué le journaliste de Mediapart Romaric Godin, « aux pressions sociales vont s’ajouter les catastrophes climatiques à répétition, comme celles qu’ont connues les Caraïbes depuis quelques années, qui ne feront que dégrader les conditions sociales. »1

Une contestation du système

Ces mobilisations jouent, comme, entre autres, au Chili ou au Liban, un rôle de catalyseur de colères beaucoup plus profondes, produites par plus de 10 ans de brutale gestion néolibérale de la crise du capitalisme mondialisé. C’est pourquoi, malgré les quelques concessions faites par les pouvoirs en place afin de contenir les révoltes, la colère ne retombe pas et les mobilisations continuent, s’étendent, s’installent, se radicalisent, tandis que les pouvoirs vacillent. 

Des résistances qui se poursuivent malgré un niveau de répression extrêmement élevé de la part de pouvoirs qui sont de moins en moins légitimes et qui pratiquent toujours plus la politique de la matraque face aux revendications sociales. Ce niveau d’affrontement élevé et massif avec l’appareil d’État traduit tout particulièrement la détermination des manifestantEs et la profondeur de la contestation, mais également la situation d’impasse des pouvoirs en place. 

C’est bien le capitalisme néolibéral et son pendant autoritaire qui sont contestés dans leur globalité par la jeunesse, les travailleurEs et les plus pauvres, qui ne veulent plus se faire broyer. Dans les rues de Beyrouth, de Santiago ou de Bagdad, la radicalité des revendications et la massivité des mobilisations en témoignent : ce ne sont pas des changements cosmétiques qui sont attendus, mais bien des modifications profondes de l’organisation sociale et économique.

Un rapport de forces à la hauteur des attaques

Ces résistances montrent la voie à toutes celles et tous ceux qui refusent de se résigner face à la catastrophe capitaliste, face à un système de plus en plus brutal et prédateur qui, de surcroît, menace la survie même de l’humanité. Ces révoltes sont un encouragement pour nos propres luttes, et nous devons en premier lieu leur apporter tout notre soutien, en les popularisant et en développant les solidarités, entre autres et ­notamment face à la répression. 

Mais la meilleure façon de marquer notre solidarité sera d’engager l’affrontement face à nos possédants et leur gouvernement. Face à un pouvoir déterminé à poursuivre son entreprise de casse des droits sociaux et démocratiques, les prochaines mobilisations, particulièrement contre la réforme des retraites, nécessiteront elles aussi une forte convergence et des démonstrations de massivité et de radicalité pour construire un rapport de forces à la hauteur des attaques. Les révoltes en cours dans le monde montrent en effet qu’il faudra au moins en passer par là pour mettre fin au pillage des richesses, à la dégradation bientôt irréversible des conditions de vie sur la planète, aux oppressions et à la régression sociale et politique organisée à l’échelle internationale.

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.