Israël : Netanyahou passe à la caisse, Obama encaisse

Il y a quelques jours, le conseiller de Benjamin Netanyahou pour les questions de sécurité, Jacob Neguel, est allé à Washington pour signer un accord stratégique pour dix ans avec les États-Unis. Une mince affaire de 38 milliards de dollars [sic].

Après avoir traité Barack Obama et son administration de tous les noms d’oiseaux, le Premier ministre israélien n’est pas gêné pour passer à la caisse, et j’imagine qu’il dira même merci du bout des lèvres. Obama, qui n’aime ni Netanyahou ni sa politique, fera certainement un discours sur l’amitié éternelle entre les États-Unis et Israël, d’autant qu’il veut aider Hillary Clinton dans sa campagne électorale, et comme tous les candidats à la présidence, elle a besoin du soutien des amis d’Israël.

Netanyahou lui aussi présente cet accord comme une grande victoire personnelle. En fait, ce n’est pas un « big deal », comme disent les Américains : depuis plusieurs décennies déjà, Israël reçoit chaque année du Trésor américain plus de trois milliards de dollars en aide militaire, et il n’y a donc pas de changement substantiel, malgré les vantardises d’un Premier ministre qui a besoin de renforcer son soutien populaire, alors que le parquet semble décidé à aller jusqu’au bout dans son enquête sur des affaires de corruption de la famille Netanyahou.

Pourquoi, malgré les inimitiés flagrantes et des divergences politiques importantes, l’administration états­unienne renouvelle-t-elle son soutien massif à l’État d’Israël ? Certains mentionneront l’influence du lobby pro-israélien (juif et surtout évangéliste) comme raison première de cette aide militaire sans précédent. En fait, si son influence est réelle sur les élus, elle reste relative au niveau de l’administration étatsunienne, qu’elle soit démocrate ou républicaine.

La bonne affaire étatsunienne

Ce qui sous-tend l’alliance stratégique pérenne entre Washington et Tel Aviv, c’est d’abord et avant tout le rôle d’Israël au Moyen-Orient et sa place dans le système de défense de l’Empire. En échange de 3,8 milliards de dollars annuels pendant dix ans et du bouclier diplomatique que Washington lui fournit, Israël protège les intérêts globaux des États-Unis dans la région… et parfois au-delà.

Finalement, tout compte fait, il s’agit d’une bonne affaire pour les États-Unis : l’État hébreu remplace une 9e flotte dans la région, qui aurait coûté beaucoup plus... De plus, s’il devait y avoir des morts, ce seraient des soldats israéliens et pas des GIs. Israël est un immense porte-avion des forces armées américaines pour une somme relativement modeste.

Le problème auquel ont parfois été confrontées les administrations américaines, c’est qu’il arrive à l’allié israélien de prendre des initiatives qui ne sont pas toujours en accord avec les priorités de la Maison-Blanche et du Département d’État. C’est la queue qui essaie de bouger le chien… Mais dès lors que des intérêts stratégiques étatsuniens sont en jeu, la queue doit se soumettre à la volonté du chien, comme vient de le confirmer l’accord entre Washington et l’Iran, ces derniers étant toujours considérés par les néoconservateurs israéliens comme une menace globale contre le monde libre [sic], qui ne peut être désamorcée que par la force.

Avec le chèque, les États-Unis auraient bien fait d’expliquer à Benjamin Netanyahou les nouvelles réalités géostratégiques et la nécessité pour Israël de changer de disque dur.

De Jérusalem, Michel Warschawski

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.