Ingrédia Saint-Pol (62) : Halte à la répression syndicale, solidarité avec James et Jérôme !

Alors qu’au mois de janvier, James, un syndicaliste CGT, dénonçait vivement auprès de sa direction les conditions de travail qui se dégradent chez Ingrédia Saint-Pol, celui-ci s’est fait licencier le 24 mars ainsi qu’un collègue très proche de lui, Jérôme.

Par un communiqué et par sa présence, le NPA a tenu à réagir et à les soutenir, en particulier lors d’un rassemblement de soutien le 27 mars, rassemblement exigeant la réintégration de James et Jérôme qui a réuni une soixantaine de personnes. La pression  a été mise avec blocage de l’accès de l’usine aux camions.

Pour faire taire celles et ceux qui luttent...

Les deux salariés, syndiqués à la CGT, se sont vus remettre une lettre de licenciement. La direction utilise bien entendu de faux motifs : « harcèlement sur un intérimaire et alcoolémie au travail »... Mais la véritable raison est que le 8 janvier 2015, ils avaient osé dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail et pointer les manquements de leur direction lors d’une réunion en présence du président Gilles Desgrousilliers.

Contre l’acharnement dont sont victimes celles et ceux qui résistent et se battent pour de meilleures conditions de travail, de meilleurs salaires, pour plus de justice sociale, la solidarité et le soutien doit s’exprimer et s’organiser. D’autant plus, que ces injustices, de nombreuses et nombreux syndicalistes en sont victimes.

Correspondant

Page de soutien sur Facebook

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.