Montpellier : “Tu seras féministe, mon fils”

Au moins 3000 personnes ont défilé dans les rues du centre ville ce dimanche 8 mars à Montpellier, à l'appel d'un large collectif #On Arrête Toutes

La manifestation jeune et dynamique a démarré place de l'Europe, derrière la banderole violette « Journée internationale de luttes pour les droits des femmes", rythmée par le camion sono de tête et la batucada.

Plusieurs mises en scène ont ponctué la marche: devant la gare, des militantes CGT ont rossé copieusement un Macron de circonstance après la désormais célèbre flash mob « à cause de Macron ». Une minute de silence a été observée sur le boulevard du Jeu de Paume, tous et toutes accroupi.e.s, en hommage aux victimes de violences, immédiatement suivie de sifflets et cris.

Un collectif féministe latino à réalisé la performance « un violador en tu camino » à plusieurs reprises pendant la manifestation, performance créée en 2019 par un collectif féministe chilien 
 
 

Les organisations syndicales CGT, FSU et Solidaires étaient présentes rappelant les inégalités hommes femmes sur les lieux de travail et les dégâts liés à la réforme des retraites. On notait une forte présence de la liste Nous Sommes, des gilets jaunes, des drapeaux de l'UCL et du NPA.

C'est surtout une forêt de pancartes qui dominait dans cette manifestation, dont une grande partie exprimait un refus des violences faites aux femmes, des féminicides, des violences sexuelles. Plusieurs «On se lève et on se barre » en référence au texte choc de Virginie Despentes suite au départ de Adèle Haenel lors de la cérémonie des césar récompensant Polanski.

C'est de l'une de ces innombrables pancartes qu'est tiré le titre de cet article Tu seras féministe, mon fils. Mais globalement, assez peu de panneaux faisant référence à l'égalité dans les milieux de travail, la jeune génération se reconnaissant peut-être moins dans ce type de revendications.

 
Plus de photos sur le site du NPA 34

Claude Serfati, économiste, chercheur auprès de l’IRES, est l’auteur, entre autres, de L’industrie française de défense, (Ed. La Documentation française, 2014) et Le Militaire: une histoire française (Ed. Amsterdam, 2017)

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.