Face au mépris du ministère et à la répression du Rectorat, solidarité avec les collègues du collège Bellefontaine !

Au mois de Décembre dernier, une mobilisation a vu le jour à Toulouse dans les collèges du Réseau Education Prioritaire. En opposition avec la nouvelle répartition des moyens, les enseignants et personnels du collège Bellefontaine, particulièrement impactés, ont mené un mouvement de grève prolongé jusqu'au 18 Décembre. Bien évidemment, aucune réponse n'a été donnée par l'administration et les revendications légitimes des collègues ont été méprisées. Le chef d'établissement a même été jusqu'à insulter des grévistes. Parmi elles et eux, 6 sont en procédure de "mutation forcée dans l'intérêt du service" suite à ce mouvement, sur décision de la rectrice en date du 22 Mai. Drôle de façon de concevoir l'intérêt du service que de muter de force des collègues qui œuvrent au quotidien pour l'éducation prioritaire ! Nous condamnons bien évidemment ces sanctions à peine déguisées qui leur sont infligées. Mais le choix de la rectrice, et donc du ministère est loin de nous surprendre.
 
Pas surprenant, dans un contexte où la ministre Najat Vallaud-Belkacem tente de faire passer coûte que coûte sa réforme du collège, dénoncée par une immense majorité des enseignants. Pas surprenant non plus dans une situation de criminalisation permanente de l'action syndicale et des mouvements sociaux. C'est toute la politique sécuritaire du gouvernement et des administrations, qui n'ont rien à envier aux pires patrons, qu'il faut combattre.
 
Depuis le 22 Juin, Laure (enseignante mutée de force du collège Bellefontaine) est en grève de la faim et campe devant le Rectorat. Le NPA rappelle son soutien à cette collègue, ainsi qu'à toutes  celles et ceux qui luttent au quotidien pour améliorer les conditions de travail et la qualité de l'enseignement dans l'Education.
 
Correspondant Haute-Garonne
 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.