Vélib’ : Les salariéEs refusent la sortie de route

Vous les avez peut-être remarqués avec leurs autocollants et leurs banderoles aux manifestations parisiennes contre les ordonnances des 12 et 21 septembre derniers : les salariéEs de Vélib’, suite à la résiliation de l’exploitation des vélos parisiens en libre-service confiée à JCDecaux depuis le lancement de ce service (voir l’Anticapitaliste n°378 et 380), ne baissent pas la garde.

Faute de garanties de la part de la Mairie de Paris comme de Smoovengo, le repreneur de l’exploitation des Vélib’ à partir du 1er janvier prochain, les syndicats CGT et SUD, le CE et le CHSCT ont saisi le TGI de Nanterre pour statuer le 3 octobre sur l’application de l’article L. 1224-1 du code du travail, seul à même de garantir la reprise pleine et entière des 300 emplois actuels ainsi que le maintien de leur rémunération.

Détermination face au repreneur

En effet, Smoove a beau multiplier, à quelques jours de l’audience, les promesses de reprise de l’ensemble du personnel, celle-ci peut non seulement se faire de manière discrétionnaire mais sans aucune garantie de maintien du salaire et des acquis obtenus par les mobilisations de ces dernières années. Pire encore, il est prévu d’augmenter le nombre de vélos et de stations sans qu’aucune embauche supplémentaire ne soit prévue !

Face au cynisme et à leur abandon programmé, les salariéEs, venus en bus des différents sites de l’entreprise, ont répondu présent le mardi 3 octobre devant le tribunal où ils ont reçu entres autres le soutien de Solidaires, de la FILPAC CGT, d’éluEs parisiens de la FI et du PCF, ainsi que du NPA, représenté par Philippe Poutou, et de LO. 

Si le jugement, qui devrait être rendu d’ici la fin du mois, était négatif, ils sont prêts à hausser le ton alors que le démontage des bornes a débuté ce dimanche, que ce soit en paralysant les travaux ou en appelant les usagers au boycott des engins encore en circulation. 

Ils feront aussi à nouveau entendre leur détermination en rejoignant la manifestation des fonctionnaires le 10 octobre prochain. Une lutte déterminée, centrée sur le maintien d’un emploi de qualité, qui ne peut être que saluée.

LD

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.