Un repreneur autorisé à licencier plus de la moitié des salariés de GM&S. La mobilisation continue !

-A +A
Entreprises
actualité

Publié par le Blog auto du NPALe tribunal de commerce de Poitiers a accepté jeudi 7 septembre l'offre partielle de reprise de GM&S par l'entreprise GMD. A la clé 156 emplois supprimés sur les 276 actuellement en poste. Pour un euro, oui un euro, GMD achète murs, machines, savoir faire de salariés et commandes de PSA et Renault. Voilà les décisions d'un tribunal de commerce qui ne trouve sa légitimité que dans le secret des affaires et des combines.

PSA, Renault et l'ancien propriétaire avaient décrété la fin de l'usine GM&S de La Souterraine. Par leur lutte de plusieurs mois les ouvriers de GM&S ont maintenu un collectif luttant pour l'emploi, portant ses revendications et pointant les responsabilités de PSA et Renault. Le nouveau gouvernement Macron a relayé le gouvernement Hollande pour laisser  Renault et PSA libres de leur choix alors que l'État est pourtant actionnaire des deux firmes.

Les GM&S ont déjà réussi à empêcher la fermeture pure et simple de leur usine alors que tous les soi-disant experts expliquaient que c'était inéluctable. Aujourd'hui la mobilisation des GM&S continue. Ils ont prévu une AG de tous les salariés de l'usine vendredi 8 septembre pour décider des actions à mener.

Déjà le nouveau propriétaire GMD annonce qu'il "il ne prendra pas part au financement des mesures de reclassement et autres mesures d'accompagnement".

"Des actions vont reprendre de plus belle" ! Pour les salariés, il ne s'agit "pas d'un épilogue, mais d'un épisode". Renault et, PSA et le gouvernement sont les premiers responsables de ces 156 emplois supprimés. Le soutien aux GM&S est plus que jamais nécessaire !

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.