SNCF : Et le coût social du low-cost ?

Après avoir vanté l’ouverture du marché des lignes d’autocars, la SNCF veut également faire dans le low-cost ferroviaire. Elle s’y emploie déjà avec OUIGO mais voudrait bien étendre cette « offre », et en proposer d’autres en 2016. Pépy l’a annoncé, « il y aura des embauches » : jusqu’à 6 000 prévues. Mais encore une fois, principalement hors statut alors que 2 000 emplois seront supprimés au nom de la productivité à la SNCF.

Ce n’est pas un hasard si Pépy a choisi cette année pour développer le low-cost : il veut se saisir de l’aubaine de la casse du RH 077 pour dérèglementer au maximum les conditions de travail des cheminots, dans le seul but de remplir les caisses de sa multinationale du transport qu’est devenue la SNCF.

Alors, des trains pas chers et de qualité pour les usagers : oui ! Au détriment des conditions de travail des cheminots : non !

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.