À Safran Caudebec-lès-Elbeuf, les salariéEs se révoltent contre le maintien de l’activité

Mardi 17 mars, dans cette usine qui fabrique des réservoirs et des dégivreurs pour les hélicoptères de guerre (Puma en particulier), les salariéEs se sont rassemblés dans la cour de l’usine et ont refusé de continuer à travailler car ils ne veulent pas être contaminés par le coronavirus ou risquer de le transmettre à leurs collègues et à leurs proches.

Un vote a été fait à main levée pour faire valoir leur droit de retrait, et cela sans le soutien des syndicats qui sont représentatifs dans l’usine (la CFDT, FO, CFE CGC), mais qui ont été contraints à organiser un CSE extra ce mercredi. La direction de l’usine a alors annoncé dans la foulée de l’assemblée générale la suspension de la production et la fermeture de l’usine jusqu’à vendredi… avec le maintien du salaire intégral pour les salariéEs qui vont donc pouvoir rester à la maison. Bravo à celles et ceux qui ne veulent pas mourir pour les intérêts des marchands d’armes de guerre comme Safran…

Macron parle « d’un état de guerre ». Celle que mène l’impérialisme français en Afrique semble continuer, alors que pour lutter contre la pandémie ce n’est pas d’hélicoptères de combat dont on a besoin mais de masques, de gel hydroalcoolique et de matériel médical. Safran Caudebec-lès-Elbeuf comme toutes les usines d’armement doit rester fermer et le salaire des ouvrières et des ouvriers doit être versé intégralement. Safran peut largement payer !

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.