Renault n’effectue pas les désinfections nécessaires dans l'usine de Palencia en Espagne

Blog NPA auto-critique

Le blog NPA auto-critique est animé par les militantEs du NPA de la branche automobile.

Espagne – France : dans les deux pays, mêmes mises en cause de Renault pour ses pratiques en termes de sécurité lors des reprises de la production après les suspensions dues au coronavirus.

En Espagne, la CGT est un syndicat d’histoire et d’orientation anarchiste, pas les mêmes choix que la CGT en France. Cette précision pour indiquer que la protestation de la CGT en Espagne contre les pratiques de Renault en termes de sécurité n’est pas le résultat d’une concertation préalable entre ces deux syndicats qui portent le sigle CGT. Il n’empêche que de mêmes protestations se font entendre en France et en Espagne contre Renault qui applique les mêmes pratiques patronales en Europe.

La CGT d’Espagne a publié un article du quotidien « Diariopalentino » qui rend compte des revendications du syndicat chez Renault :

La CGT a déclaré que Renault ne respecte pas les temps et délais nécessaires à la désinfection des postes et outils de travail. dans l'usine de Palencia à Villamuriel. La désinfection nécessaire n’est pas effectuée pour privilégier la seule production « pure et dure ».

À cet égard, la CGT a rappelé qu'il existe un protocole défini par l’association espagnole des constructeurs d'automobiles et de camions (l’Anfac) et les syndicats majoritaires. Ce protocole pose des règles pour les normes de sécurité à appliquer pendant l’épidémie de Covid-19.

Pour la CGT de l’usine, « les travailleurs et leurs familles sont mis en danger ». C’est pourquoi elle envisage la possibilité d’actions en justice, car la production chez Renault est de plus en plus prioritaire au détriment de la sécurité.

Sur le cas présumé de Covid-19 d’un employé de l’usine, la CGT explique que Renault n'a pas indiqué si celui-ci avait été testé positif. « Nous savons que Renault a récemment acquis la possibilité de faire des tests, ce que nous avions exigé dès le début ».

Enfin, le syndicat critique les conditions travail à l’usine qui fonctionne avec une seule équipe. « Il est très pénible de devoir manipuler des gants, des lunettes et des masques en moins d'une minute. Chaque jour de travail entraîne une souffrance physique qui s’ajoute aux températures très élevées ».

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.