Renault : l’usine des fonderies de Bretagne à Caudan est occupée et en grève

Blog NPA auto-critique

Le blog NPA auto-critique est animé par les militantEs du NPA de la branche automobile.

L’une des quatre usines menacées par Renault de fermeture ou de restructuration, l’usine des Fonderies de Bretagne à Caudan, est en grève.

« L’assommoir » qu’avait constitué cette information du Canard Enchaîné sur la fermeture possible de l’usine n’a pas paralysé la mobilisation. Lundi 25 mai, dès 8 heures, près de 200 personnes se sont réunies sur le parking devant l’usine. La grande majorité des effectifs présents à ce moment-là sur l’usine. Un CSE devait se tenir, convoqué par la direction, non pas dans l’établissement, mais dans les locaux de la sous-préfecture de Lorient, signe que la direction s’inquiète de la mobilisation. Au dernier moment cette réunion a été annulée pour être reportée au mercredi 27 mai après la déclaration attendue de Macron.

Depuis, l’usine est en grève : entrées et sorties bloquées, production arrêté, occupation jour et nuit. 250 personnes y participent sur les 380 que compte aujourd'hui le site (mais une partie en activité partielle en raison du Covid). Au-delà de l’usine elle-même, la colère est forte tout autour de l'usine. Le Drian, ce ministre passé armes et bagages du PS chez Macron est directement interpellé. C’est bien le gouvernement qui est responsable et visé.

Pour le secrétaire du syndicat de l’usine, on a l’impression que « la Fonderie de Bretagne est dans le couloir de la mort ».

Soutien à la grève qui doit préparer une riposte d’ensemble indispensable pour empêcher la fermeture de l’usine et les suppressions d'emplois. Des informations suivront.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.