PSA Poissy : on déteste tous ce jugement inique

-A +A
Entreprises
actualité

Le syndicat CGT de l'usine PSA de Poissy transmet :
Affaire de la fausse séquestration : sans surprise, la justice aux ordres de Peugeot  a rendu son verdict à Versailles : les 9 militants CGT sont condamnés à 5 mois de prison avec sursis et au total 11 000 € de préjudice. Nous avons immédiatement fait appel. Le jugement ne s'applique pas.
Tous les militants CGT sont encore plus déterminés à se battre pour défendre les intérêts des salariés contre les attaques de la direction.

Les juges du tribunal de Versailles ont suivi les réquisitions du procureur . Les travailleurs condamnés en première instance s’étaient rendus dans le bureau d’un chef d’équipe suite à un accident du travail. «C’est insensé, a déclaré Me Marie-Laure Dufresne-Castets, l’avocate des prévenus. Le fait de discuter avec un chef d’équipe dans son bureau pendant 17 minutes n’est en rien de la séquestration ! Nous avions plaidé la relaxe.»
Une telle action syndicale semblable à des milliers d’autres dans les usines et les services a été scandaleusement qualifiée de séquestration pour entraîner cette condamnation inique. La seule nouveauté c’est l’impunité dont bénéficie le patronat soutenu par une politique gouvernementale qui cherche à briser droits et résistances des travailleurs
Le jugement n’est pas exécutoire et il y aura appel suite à la décision du syndicat CGT de Poissy. Il faut être prêt à répondre aux appels du comité de défense des libertés ouvrières et syndicales à PSA mise en place à l’initiative du syndicat CGT de l’usine de Poissy. Pour empêcher la confirmation de ce jugement inique, la mobilisation des salariés de PSA et de leurs syndicats doit s’élargir à toutes les victimes des répressions patronales.

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.