Plan social de GE Grenoble rejeté : une première victoire ?

La Direccte a rejeté le plan social qui prévoyait 345 licenciements sur le site de General Electric Hydro à Grenoble. 

La mobilisation des salariéEs qui ont fait grève, manifesté et bloqué le site à plusieurs reprises a sans doute pesé sur la façon dont l’administration a examiné le dossier. Le rejet par la Direccte est de fait une victoire, mais fragile et provisoire : la direction de GE a d’ores et déjà annoncé qu’elle redéposera un dossier rapidement.

TouTes concernés

Ce plan social est un vrai scandale à plusieurs points de vue : social, technique et écologique. Cette première « victoire » peut-elle redonner un souffle à la mobilisation ? En tout cas cela lui donne un peu de temps. Au-delà de la nécessaire mobilisation des salariéEs, les organisations syndicales et politiques du bassin grenoblois ont un rôle à jouer sur ce dossier. En effet, nous sommes évidemment touTEs concernés par le devenir de centaines de salariéEs (en tout on chiffre à plus d’un millier les emplois directs et indirects qui pourraient disparaître), mais également par les choix en matière de politiques énergétiques.

À l’heure de l’urgence climatique, on ne peut brader un savoir-faire centenaire dans le domaine de la production d’énergie renouvelable, locale et propre sans que nous réagissions ! Plusieurs organisations ont déjà appuyé la mobilisation durant l’automne. Il nous faut rediscuter de comment apporter notre soutien aux salariéEs et peser pour imposer nos revendications sociales et écologiques : non aux licenciements à GE !

Correspondante

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.