Patrons requins, État complice : c’est ça le capitalisme

Que de contorsions nos dirigeants politiques, Le Maire en tête, Macron derrière, n’ont-ils pas réalisé ces dernières semaines pour prétendre défendre les ouvriers menacés par la fermeture de l’usine Ford de Blanquefort ! Macron a dénoncé le cynisme de Ford, Le Maire se dit « écoeuré »… Avec l’air de découvrir qu’ils sont impuissants devant la volonté d’une multinationale comme Ford. Laquelle a décidé de fermer son usine, et donc de refuser toute reprise par qui que ce soit. Car Ford a une stratégie, comme tant d’autres avant lui. C’est lui qui décide au niveau mondial. Il a réalisé plus de 6 milliards de dollars de profits en 2017. Et alors ? Il estime que ce n’est pas assez, et est bien décidé à réorganiser ses sites de production à travers le monde, pour assurer de plus grands profits à l’avenir. Il a ainsi annoncé ne plus produire de poids lourds en Amérique du Sud, et va fermer sa plus ancienne usine au Brésil, en banlieue de Sao Paulo. 3000 ouvriers et 1500 sous-traitants vont ainsi être jetés à la rue. Ces multinationales arrivent presque toujours à leurs fins : fermer leur usine lorsqu’elles le décident et jeter le personnel qui leur a servi à réaliser leurs profits. 

Alors, que valent toutes ces gesticulations et postures du gouvernement ? Ils voudraient bien résister, mais ne peuvent pas ? Ils font tout ce qu’ils peuvent, mais les autres sont les plus forts ? C’est bien entendu la soupe qu’ils voudraient nous servir.  

 

L’État au service des grandes entreprises capitalistes

Mais l’exemple de Ford montre le rôle de l’État dans le système capitaliste : il est exclusivement au service des grands industriels. Et plus le système s’enfonce dans la crise, plus l’Etat leur apporte son aide. Car ce que les néolibéraux recherchent, ce n’est pas une protection partielle, mais une protection complète des droits du capital privé. Et qui mieux qu’Emmanuel Macron, proclamé en mai dernier « leader des marchés libres » par le magazine des milliardaires d’outre-Atlantique Forbes, peut leur assurer cette protection ? C’est pourquoi la promesse de nationaliser Ford, même temporairement, mesure évoquée par le gouvernement, n’a pas été tenue. Car cela contreviendrait à ce qu’il pense vraiment, et que Le Maire a exprimé franchement devant l’université d’été du Medef en 2017 :  « À vous entrepreneurs, je ne dis pas : c’est donnant-donnant. […] Je ne crois pas à cette logique de conditions, qui ruine le bien le plus précieux en économie : la confiance. » 

Baisse de la fiscalité, assouplissement du code du travail, maintien du CICE malgré toutes les critiques sur son inefficacité : les pouvoirs publics continuent de tout faire pour faciliter la vie des grandes entreprises et de leurs actionnaires. Au détriment de l’emploi : rien que depuis sept ans, un millier d’usines comptant souvent plusieurs centaines d’ouvriers ont fermé et laissé de nombreux territoires à l’abandon. Il y a eu Florange, Gandrange, Goodyear, LU, les plans sociaux qui se succèdent dans les usines Alcatel reprises par Nokia. Rien que depuis le début de l’année, les annonces de fermetures d’usines ou de licenciements se sont multipliées : Ascoval dans le Nord, PSA dans le Doubs, Sanofi, la fonderie du Poitou, Conforama, sans parler des suppressions de postes massives dans les banques, la SNCF qui prévoit de supprimer 2000 postes supplémentaires en 2019, après en avoir déjà supprimé en 2018. L’État donne lui-même l’exemple en supprimant des milliers de postes dans la fonction publique. Le même ministre de l’Économie qui prétend se battre contre le méchant Ford s’apprête à brader au privé les entreprises françaises très profitables Aéroports de Paris (ADP), la Française des jeux (FDJ) et Engie. Au plus grand profit des investisseurs, actionnaires privés, et au détriment des contribuables du pays. Comme l’illustre parfaitement l’aventure des autoroutes, bradées au privé du temps de Villepin, et qui nous coûtent à touTEs très cher. 

On ne peut donc compter le moins du monde sur l’État pour nous protéger. Ce sont nos luttes qui pourront le faire. Les salariéEs de Ford Blanquefort, en se bagarrant dans les années 2010, lorsque Ford voulait déjà fermer l’usine, ont réussi à repousser l’échéance de quelques années. Aujourd’hui, ils n’ont pu gagner car ils sont restés trop isolés dans leur lutte. Tant de travailleurs et travailleuses sont concernés par les mêmes problèmes qu’un mouvement d’ensemble déterminé est plus que jamais nécessaire.

Régine Vinon 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.