Loiret : Il faut fermer Amazon !

La production continue tant bien que mal à Amazon Saran, alors qu’un cas de coronavirus vient d’être diagnostiqué chez un salarié du site. Celui a été en contact proche avec 32 collègues qui ont été confinés chez eux. Officiellement, Amazon priorise les commandes de première nécessité…

Des mesures ont été prises dans la boite (2 mètres d’écart entre chaque salariéE, redéploiement de gel hydroalcoolique et de savons jugés peu efficaces, affichages de consignes de sécurité, formation  etc.), mais elles sont de facto annulées puisque les salariéEs arrivent dans des bus bondés. Ça va de 70 (dans des bus normaux) à 150 personnes (dans les bus accordéons).

Les salariéEs sont inquietEs, ont exercé leur droit d’alerte et débrayé mercredi 18 mars pour réclamer plus de sécurité. Ils et elles ont peur du coronavirus, il y a l'incertitude sur le mode de transmission et les infos sur la résistance du virus sur les surfaces qui provoque doute et confusion. Et les craintes à se mettre en absence, de ne pas être payéE, d'être mal vuE ensuite etc...ou de ne pas savoir comment faire valoir ses droits. Par contre il n'y a pas d'invectives entre ceux et celles qui veulent fermer ou limiter l'activité et les autres qui veulent absolument toucher le "jackpot".

La directrice du site a démissionné cette semaine pour ne pas répondre aux injonctions du siège aux Etats-Unis qui lui demandait d’embaucher plus d’intérimaires pour faire face aux commandes. 

Les organisations syndicales, Solidaires en tête, sont pour la fermeture du site le plus tôt et le plus vite possible. Amazon ne relève pas des industries vitales, et les mesures prévues pour la sécurité sont insuffisantes. Elles réclament, à minima, le dépistage généralisé et les prises de température à l’entrée.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.