Les salariés travaillent « la boule au ventre » à Renault Lardy

Quatre-vingt salariés se sont rassemblés ce midi devant le centre technique de Renault-Lardy pour dénoncer la poursuite des activités du site en pleine épidémie de Covid-19. Parmi eux, une grande majorité de salariés sous-traitants.

Ils ont exprimé leur colère de devoir prendre des risques pour eux et pour leur famille alors que les activités du site sont loin d’être essentielles à la population dans la situation actuelle (développement de moteurs et véhicules qui seront vendus dans 6 mois à 2 ans). En exerçant leur droit de retrait, certains ont obtenu des masques pour travailler mais ces masques ne devraient-ils pas être envoyés en priorité dans les hôpitaux ?

Malgré l’augmentation des suspicions de cas de Covid-19, la direction Renault continue d’imposer à plusieurs centaines de salariés (316 au dernier comptage de la direction) de venir sur le site tous les jours.

Il faut poursuivre la mobilisation pour que les activités en présence sur le site soient suspendues le temps que l’épidémie soit jugulée. La santé des travailleurs ne peut pas se jouer à la roulette russe.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.