Les acteurs et factrices en colère de Gironde en grève depuis le 12 mars

Les postierEs de Gironde sont en grève depuis le 12 mars contre une réorganisation qui signifie une grave détérioration de leurs conditions de travail et de vie.

Aujourd’hui, les facteurEs trient leur tournée eux-mêmes avant de la faire, mais la direction veut maintenant imposer le principe de la « sacoche » déjà prête (et probablement préparée par des salariéEs précaires) avec une coupure méridienne non payée qui pourrait atteindre 4 heures. 

Entre 20 et 30 bureaux en grève

L’objectif est de rallonger des tournées déjà très longues, voire d’obliger les facteurEs à démarcher les « clients » pour vendre des services du genre « Veiller sur mes parents »... qu’ils et elles faisaient gratuitement jusque-là !

Face à ce sale coup, les salariéEs se sont mis en grève à l’appel de Sud PTT, de la CGT et de FO. Malgré les intimidations et les manœuvres de la direction cherchant à renvoyer le conflit à l’échellle locale, leur mouvement ne faiblit pas, avec une moyenne de près de vingt bureaux en grève tous les jours et des pics à trente bureaux et 300 grévistes les 22 mars et 3 avril. Une douzaine de bureaux ont maintenu la grève tous les jours dans le sud de la Gironde, dans le Médoc et à Cénon, La Bastide, Bègles, Villenave-d’Ornon, etc. Une première dans le département depuis bien longtemps !

Une cagnotte 1 en ligne a également été lancée. Elle doit permettre d’aider financièrement les postiers grévistes.

Correspondant 

1 – https://www.lepotcommun.fr/pot/4b0y3qqz

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.