La direction de la SNCF veut vendre la gare du Nord au groupe Auchan

Quelques jours après la signature de la réforme ferroviaire, la direction de la SNCF a annoncé la vente de 66% de la gare du Nord au groupe Auchan. 

Lors d’un conseil d’administration extraordinaire de SNCF mobilités le 9 juillet dernier, la constitution d’une société commune détenue à 34% par SNCF Gares et connexions et à 66% par CEETRUS, une entreprise privée, foncière du groupe de grande distribution Auchan, a été actée pour une durée de 46 ans à partir de fin 2018. Les travaux de rénovation, dont le coût approximatif s’élève à 600 millions d’euros, ont pour but de transformer la gare du Nord en un immense complexe commercial. Ce projet ferait passer la superficie de la gare de 36 000 à 100 000 m² sans pour autant que de nouvelles voies soient construites. Il s'agit d'un pas supplémentaire dans la casse du service public du rail. 

« La SNCF n’est pas à vendre »

La nouvelle, relayée dans les grands médias, a été reçue comme une provocation par les cheminotEs grévistes, notamment celles et ceux de la gare du Nord, qui a été l’un des bastions de la grève dans la bataille du rail. Les grévistes de Paris Nord ont donc voulu marquer le coup et exprimer haut et fort qu'ils ne laisseront pas la SNCF vendre leur gare au privé. Malgré le début des vacances, les cheminots se sont mobilisés, à l'appel de Sud Rail Paris Nord et avec la participation de nombreux cheminotEs de la rencontre intergares, pour crier leur colère face à ces annonces. Ils ont été un certain nombre à manifester dans la gare le vendredi 13 juillet, ils ont déployé une banderole « La SNCF n’est pas à vendre » et ont effectué des prises de paroles en direction des usagerEs pour leur expliquer l'attaque qui se prépare. De nombreux espaces vente ou accueil ont déjà été fermés par le passé pour les remplacer par des restaurants ou des boulangeries, un processus qui va gravement s’accentuer si la vente de la gare du Nord est menée à bien par la direction. Le service public, c'est tous et toutes ensemble qu'on doit le défendre : usagerEs, cheminotEs, même Macron, même combat ! 

Laura Varlet

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.