Ivry-sur-Seine (94) : « Loi travail, Valls : ordures non recyclables ! »

Depuis lundi 30 mai, l’usine d’incinération des déchets urbains, propriété du Syctom et gérée par la TIRU à la limite de Paris, est bloquée par les militants de la CGT du Nettoiement et des Égouts de la Ville de Paris. C’est le plus grand centre européen de traitement des déchets, et donc la première usine de traitement des déchets d’Île-de-France.

Cette usine traite les déchets de 15 communes de région parisienne et de 12 arrondissement de Paris représentant 1,2 million d’habitants. Cela en fait donc un site clé dans le processus de ramassage et de traitement des déchets à Paris.

Cette mobilisation s’inscrit évidemment dans les actions de blocage organisées par la CGT dans le cadre de la lutte contre la loi travail. En 2010 déjà, lors du mouvement sur les retraites, ce lieu avait été le symbole de la mobilisation des agents territoriaux de la Ville de Paris.

Des visites de soutien

L’occupation s’organise malgré le mauvais temps, et de nombreux soutiens sont venus rencontrer les grévistes sur place, que ce soit des délégations de militantEs des alentours mais aussi des dirigeants syndicaux comme Philippe Martinez ou Baptiste Talbot, secrétaire de la fédération CGT des services publics territoriaux.

Jeudi 2 juin, notre camarade Philippe Poutou est également venu rendre visite aux grévistes pour leur apporter le soutien du NPA dans la lutte contre la loi travail.

Une projection du film Merci Patron ! suivi d’un débat avec un militant de Fakir a aussi eu lieu, et d’autres événement sont en préparation pour tenter d’animer ce lieu qui redevient un lieu de vie grâce à cette occupation.

À l’heure où ces lignes sont écrites, les camions-bennes sont toujours dans l’incapacité de livrer les marchandises de déchets ménagers. Et cela commence à se voir dans les rues de la capitale.

JP

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.