Holiday Inn de Clichy (93) : 90 jours de grève

-A +A
Entreprises
actualité

Depuis le 19 octobre, la majorité des femmes de chambre, gouvernantes, plongeurEs et équipierEs de la sous-traitance salariés du prestataire de nettoyage Héméra, avec leur syndicat CNT-SO et avec le soutien de la CGT- HPE, sont en grève reconductible à l’hôtel Holiday Inn de Clichy, groupe Intercontinental.

Elles et ils ne lâchent rien, conscients que lâcher signifie le retour à l’esclavage moderne qu’ils subissent dans la sous-traitance hôtelière. Au 3e mois de grève, toutes leurs revendications demeurent : 

– l’internalisation chez Holiday Inn et leur embauche directe ;

– le respect des contrats de travail ;

– la suppression de la clause de mobilité ;

– l’augmentation des qualifications et des salaires avec le passage en catégorie B ;

– le respect des accords de site passés avec l’ancienne société, sur la durée du travail ; 

– le paiement de toutes les heures travaillées ;

– le versement d’une prime de panier, comme pour les salariéEs de l’hôtel ; 

– l’attribution d’une prime de 13e mois, égale à 1/12e du salaire annuel ;

– la suppression de l’abattement de 8 % sur la base des cotisations ;

– l’élection de déléguéEs de proximité au sein de l’hôtel Holiday Inn de Clichy.

Un combat acharné

Depuis trois mois, en plus du piquet permanent devant l’hôtel, les salariéEs multiplient des initiatives de soutien. Action commune avec les grévistes d’ONET, manifestation devant l’Holiday Inn de Toulouse, de Barcelone, devant le siège d’Intercontinental en Grande-Bretagne, soutien de la compagnie Jolie Môme, etc.

Du côté du gouvernement, silence radio et aucune initiative, par exemple envoyer la Direccte verbaliser l’hôtel Holiday Inn et la société sous-traitante pour, notamment, travail dissimulé avec le paiement à la chambre et non au temps de travail. La mairie de Clichy s’est, elle aussi, positionnée en tentant d’interdire les rassemblements devant l’hôtel et d’intimider les grévistes en envoyant la Bac et en subtilisant la sono.

Mais rien ne décourage les grévistes qui organisaient une nouvelle manifestation européenne à Bruxelles le mercredi 10 janvier où ils et elles étaient reçus par le groupe Gauche unie.

Une obstination qui mérite tout notre soutien. 

Robert Pelletier

Pour participer aux actions, soutenir financièrement :
CGT-HPE : Tiziri KANDI 06 37 24 06 94
Claude LEVY 06 30 78 47 76 

 

 

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.