Grève des salariés des sous-traitants de l’usine Mercedes d’Hambach

Une grève des sous-traitants ralentit la production des Smart dans l’usine Mercedes d’Hambach en Lorraine. Les effectifs employés par Mercedes sont aux environs de 800 et ceux des sous traitants qui opèrent dans l'usine sont aux environs de 600. Les débrayages ont lieu chez Faurécia et Magna Uniport, deux des cinq sous traitants opérant dans l’usine. Magna Uniport, est fabricant d'ouvrants de portes et de hayons et Faurecia est une filiale de PSA. 

La CGT demande que Smart soit reconnu comme l'employeur principal de tous les salariés qui travaillent sur le site et menacent d'aller en justice en cas de refus. Chez Magna Uniport les salariés sont en grève depuis 11 jours et ne comptent pas s’arrêter là.
Ce mouvement de grève de salariés des sous-traitants exige des garanties sur le maintien des emplois. Mercedes a en effet décidé de produire dès 2022 les Smart en Chine, suite à un accord avec le constructeur chinois Geely. Mercedes a en même temps annoncé son intention de fabriquer dans l’usine d’Hambach un véhicule électrique haut de gamme. Mais ce n’est pas le même nombre d’emplois pour l’un ou l’autre véhicule.

Les ouvrier(e)s des entreprises sous traitantes sont comme toujours les premiers attaqués par les restructurations. Faurecia ou Magma Uniport, sont parmi les grands équipementiers automobiles. Un contrat de moins , un contrat de plus : ils savent négocier avec une firme comme Mercedes. Mais ils refusent toutes négociations avec leurs salariés.

«Notre direction nous a ouvertement dit que l'activité cesserait à la fin de la Smart et qu'on devait démissionner pour aller chez Smart. Si la société cesse son activité, elle doit mettre des choses en place, comme le reclassement, pas nous imposer une démission» Ce sont des exigences minimum exprimées par des délégués.

Hambach est cette usine où Mercedes avait imposé une baisse des salaires suite à un referendum chantage à la fermeture de l'usine. Quatre années après, c'est la double peine : et la baisse des salaires et l'arrêt de la production de la Smart.  Parmi les raisons qui rendaient ce referendum scandaleux, l'exclusion du vote des salariés intérimaires et des sous traitants. Nouvelle preuve aujourd'hui que le recours aux intérimaires et aux sous traitants vise à briser les collectifs de travail. La grève en cours des salariés des sous traitants opérant dans l'usine d'Hambach exige soutien et solidarité.

Blog NPA Auto Critique

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.