Face aux coups tordus de McDo, big soutien !

-A +A
Entreprises
actualité

Lentement mais sûrement, des syndicats revendicatifs ont réussi à s’implanter à Mc Do et à se pencher sur les pratiques d’optimisation fiscale du géant mondial de la restauration rapide  (voir l’Anticapitaliste n°377). On ne sera donc pas surpris que, suite à l’élection de déléguéEs Sud dans l’entreprise Mc Donald’s Paris Nord, la direction décide de passer en franchise, au 1er décembre prochain, les restaurants des Champs-Élysées (le plus grand du monde), de Provence et de Wagram, où ces déléguéEs travaillent.

Il est prouvé qu’une telle opération se traduit en moyenne par une baisse de 23 % de la rémunération des équipierEs, le franchisé les pressurant davantage pour payer les royalties et assurer sa marge. Le franchisé pressenti ne respecte pas l’obligation de publier ses comptes. Pas question donc, pour le personnel concerné, de se laisser faire : aussi, après le blocage le 11 octobre du service du midi des Champs, un comité de soutien aux salariéEs de la restauration rapide, à l’image de ceux qui ont joué un rôle déterminant dans les luttes de ce secteur des années 2000, a vu le jour. Pour sa première action suite à son lancement, une vingtaine de militantEs, dont des membres de Solidaires et du Front social, sont venus soutenir les déléguéEs CGT et Sud de McDo réunis le 19 octobre dernier dans le cadre de l’information-­consultation du comité d’entreprise.

McDo-KFC, même combat !

La direction était sur le qui-vive (huissier et vigiles présents) et a multiplié les allers et retours entre la salle de réunion et le rassemblement, très sonore. Les éluEs FO (majoritaire) ont refusé de mettre au vote l’expertise économique portée par la délégation Sud et ont rendu un avis... alors même que celui du CHSCT ne l’a pas encore été ! La victoire tient cependant au fait qu’ils ont voté contre la mise en franchise, la CFDT s’abstenant et CGT et Sud refusant de se prononcer pour les raisons précitées : la franchise ne bénéficie donc d’aucun soutien du côté du personnel.

Le samedi 21 octobre, une nouvelle action a eu lieu avec un tractage, en différentes langues étrangères, de près de deux heures devant le McDo des Champs, puis le groupe est parti visiter le KFC de Châtelet. En effet, la répression sévit aussi dans cette enseigne où, suite à la saisine des prud’hommes par Sud après le non-respect par l’employeur du repos compensateur, trois de ses représentants ont été convoqués pour sanction pour des motifs fantaisistes. Le comité de soutien donne à nouveau rendez-vous dimanche 29 octobre à 11 h 30 au restaurant des Champs. 

LD

Sur internet.

 

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.