Contre les primes aux briseurs de grève, les cheminots réagissent

Jeudi 31, alors que de nombreux grévistes ont reçu leurs bulletins de paie à zéro, un courrier est porté à la connaissance des cheminots de Montrouge faisant état de primes versées à certains encadrants pour leur remercier de « leur engagement pendant le conflit débuté le 5 décembre ».

Les cheminots de Montrouge ont débrayé, suivis par ceux de Trappes qui les ont rejoints vendredi matin à quasiment 100 % de l’effectif.

Ils réclament le versement uniforme de la prime à tout le personnel, de façon non discriminatoire, comme le prévoit le Code du travail qui prévoit toujours l’interdiction des pratiques visant à favoriser les salariés n’ayant pas participé à un conflit. Des revendications locales s’expriment également.

Cela atteste que la colère est toujours présente et que le chemin de fer est un lit de braise, et que les réactions des salariéEs aux attaques contre le droit de grève, que ce soit par les primes aux non-grévistes, les paies à zéro ou les discussions au Sénat, devront compter avec les réactions des cheminotEs.

Correspondant

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.