Centres d’appel sous-traitants : Convergence des luttes à l’horizon

L’actualité dans les centres d’appel prestataires montre que la situation politique et sociale, toute difficile qu’elle soit, offre malgré tout des perspectives.

Les salariéEs de plusieurs entreprises de ce secteur sont entrés en lutte dans le cadre des Négociations annuelles obligatoires (NAO). Depuis cinq mois, à l’appel de la CGT et de SUD, les salariéEs des sites caennais de la société Webhelp débrayent régulièrement dix minutes par heure, avec des temps forts de grève les samedis. Leurs collègues de Vitré (35) les ont rejoints samedi 29 avril, avec pour résultat une grève majoritaire sur l’ensemble des sites concernés.

Patrons « sociaux » ?

Leurs revendications ? Simplement qu’ont reconnaisse un minimum leur travail, et qu’une partie de la richesse qu’ils créent par ce dernier soit redistribuée, notamment via des augmentations de salaires et l’octroi d’un 13e mois.

Les patrons de Webhelp aiment à vendre l’image d’une entreprise soucieuse du bien de ses « collaborateurs » et qui s’implante prioritairement en France. Une image qui est loin de coller à la réalité d’une boîte qui non seulement compte plus de salariéEs hors de France, mais en plus joue la concurrence entre ses différentes unités (qui sont d’ailleurs créées à coups d’aides et de subventions publiques). Ces patrons « sociaux » n’hésitent d’ailleurs pas à faire du chantage à la délocalisation vis-à-vis des salariéEs de Caen en lutte.

Intersyndicale nationale

Les dirigeants des autres boîtes du secteur ayant le même portefeuille en peau d’oursin, les NAO se sont soldées partout de la même manière : des augmentations ridicules, qui seraient justifiées par le contexte de crise. Les salariéEs d’Acticall et d’Armatis-LC seront elles et eux aussi en grève, respectivement les 2 et 3 mai, là aussi à l’appel de la CGT et de SUD.

Ces deux organisations syndicales ont d’ailleurs constitué une intersyndicale nationale à l’occasion des négociations salariales qui ont lieu sur la convention collective des prestataires de services. Elles appellent l’ensemble des salariéEs du secteur à débrayer et se mettre en grève les 13 et 15 mai, avec la perspective clairement posée de faire converger l’ensemble des luttes des centres d’appel.

Édouard Gautier

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.