Autour de la filière automobile des centaines d’emplois menacés en Aveyron.

L’usine Bosch de Rodez est la plus grande usine du département de l’Aveyron. Elle ne produit que des injecteurs et bougies de moteurs diesel. Faute de commandes, tous les lundis, la fabrication est stoppée et les employés priés de rentrer chez eux.

C’est la suite d’une longue dégringolade. Les effectifs du site continuent de s'amenuiser, avec une quarantaine de ruptures conventionnelles, chaque année. Depuis 2017, une centaine de postes en CDI ont été perdus. et en une douzaine d'années, le site a perdu près de 800 emplois pour ne compter aujourd'hui que 1 533 salariés … …

Et immédiatement 300 emplois sont menacés. Une nouvelle ligne de production d'injecteurs common rail, en cours de démarrage, sera opérationnelle début avril. La deuxième ligne 2.18 sera donc arrêtée, sachant que les deux lignes, avant modernisation, généraient environ 700 emplois. La baisse des volumes entraîne de 50 à 60 jours d'arrêt des productions. Jusqu'à présent, les 4 à 5 jours mensuels d'arrêt ont été prélevés sur les RTT. À compter d'avril, le chômage partiel sera enclenché, entraînant une perte moyenne de 30 euros par salarié et par jour chômé.

Aucune décision n’est prise sur de nouvelles activités. Bosch et son siège en Allemagne se désintéressent complètement du problème. Des rumeurs sans aucune confirmation circulent sur des possibles diversifications dans les domaines de l'aéronautique, l'horlogerie ou l'hydrogène. Encore un exemple de l’incapacité du marché capitaliste à garantir l’emploi en cas de diversification.

A la suite de la fin des mines de charbon à Decazeville dans les années 1960 des équipementiers automobiles s'étaient installés dans la partie Nord du département. C'est toute la filière composée ici d'entreprises moyennes et petites qui est soumise à des restructurations, des rachats et des suppressions d'emplois.

La CGT en appelle aujourd'hui à "la mobilisation générale de tout le département pour défendre l'industrie automobile" et s'adresse à tous les autres syndicats ainsi qu'aux institutions locales.

Une première initiative au eu leu mardi 13 mars 2019 devant la préfecture de l'Aveyron avec des délégations de Bosch, la SAM, et de Filtrauto. Une «marche pour le développement de la filière automobile aveyronnaise et des emplois» sera organisée le 6 avril, ou plus vraisemblablement le samedi 13 avril. La proposition a été soumise aux syndicats Sud et CFE-CGC de Bosch.

Informations Correspondant, blog NPA auto-critique

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.