APHM, le gouvernement étrangle l’Hôpital Public !

-A +A
Entreprises
actualité

Le cynisme gouvernemental n’a pas de limites. Pour « offrir aux patients des conditions de séjour de qualité et des conditions de travail améliorées », il impose un odieux chantage aux hôpitaux de l’Assistance Publique de Marseille: si vous voulez des aides, réduisez le personnel ! Ce sont ainsi 1000 emplois dont 400 à 500 soignants qui sont menacés.

Face à cette curieuse conception de l’amélioration de l’accueil des malades, CGT, FO et SUD Santé de l’APHM appelaient à un rassemblement devant le siège de celle-ci, jeudi 21 décembre. Dès 10h, 300 agents tenaient une AG dans le hall, avant d’envahir les bureaux pour interpeller le DG, en présence de membres du PCF et du NPA. Interventions de militant(e)s syndicalistes, témoignages de la galère quotidienne, du ras-le-bol des personnels mais aussi des dangers graves encourus par les malades…

La veille, La Marseillaise avait publié un communiqué du NPA disant : « Ne nous y trompons pas, étrangler l’Hôpital Public, c’est rabattre vers le Privé lucratif, nombres de traitements et de pathologies, et particulièrement les plus rentables. Cette nouvelle attaque gravissime sur notre Santé ne doit pas rester sans réponse. Non, la Santé n’est pas une marchandise ! Celle-ci ne peut être soumise aux impératifs du « marché » et de la « rentabilité ». Nous devons y être nombreuses et nombreux pour exiger des moyens dignes de ce nom pour l’Hôpital Public ainsi que l’expropriation sans indemnité ni rachat du secteur privé de la Santé, avec intégration de ses personnels au secteur Public ». Des contacts doivent être pris pour envisager la réponse indispensable à cette provocation.

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.