Retour à l’anormal dans l’Éducation nationale ?

Dans l’Éducation nationale, les deux nouvelles de la semaine, concernant l’ensemble du territoire, sont « la réouverture de toutes les écoles » décrétée par Blanquer et l’annonce que le bac français des élèves de première serait validé en contrôle continu. De manière plus spécifique, c’est également l’ouverture des lycées professionnels aux élèves pour les cours d’atelier, en particulier la préparation des certifications.

Ces annonces développées par Blanquer ne sont que des effets de manche visant à alimenter l’idée que l’on revient à la « normale ». Il s’agit d’exercer une pression sur les personnels et sur les familles qui pensent que ce n’est justement pas possible de faire comme si l’épidémie était une parenthèse que l’on pourrait refermer quand le gouvernement le décide. Effets de manche, à l’exception du le bac français en contrôle continu qui se fera car il conforte avec beaucoup d’opportunisme les partisan.s de la suppression de l’examen ponctuel qui veulent profiter de l’impossibilité de tenir un examen (profs et élèves en sont soulagés). La seule position juste aurait été d’acter la validation du bac de français.

Les fanfaronnades de Blanquer

Mais dans la « vraie vie » qu’ignorent et méprisent ceux qui prétendent nous gouverner, cela ne peut pas se passer ainsi. « Toutes les familles qui le souhaitent doivent pouvoir scolariser leurs enfants au moins sur une partie de la semaine », fanfaronnait Blanquer. Mais comment cela peut-il se produire alors que le protocole sanitaire, et surtout les moyens humains ne le permettent pas ?D’après les organisations syndicales, ce sont environ 20% des enseignantEs qui restent en arrêt parce qu’ils et elles font partie des personnes vulnérables, ou vivant avec des personnes vulnérables. Et les chiffres sont encore bien plus important parmi les personnels territoriaux (agents d’entretien, ATSEM dans les maternelles…) souvent affectés par des maladies chroniques liées à leurs conditions de travail, même si ce n’est jamais reconnu comme tel. Et pourtant, ces personnels, souvent invisibilisés, sont tout aussi indispensables que les enseignantEs pour le fonctionnement de l’école. Les établissements ne pourront donc de toute façon pas tous rouvrir, et surtout le nombre d’élèves pouvant être accueillis restera limité. Donc cela ne permettra pas de libérer les parents de leur garde pour retourner au boulot aux conditions fixées par leurs employeurs. Un des enjeux est à ce titre que les écoles délivrent les attestations permettant aux parents de ne pas être pénalisés financièrement.

Des revendications spécifiques pour l’Éducation nationale

Mais surtout, tout le discours autour du retour à la « vie d’avant » occulte totalement la question de la vraie rentrée : celle de septembre. Car si l’hypothèse d’une deuxième vague dans les semaines qui viennent semble s’éloigner, l’expansion de l’épidémie dans l’hémisphère sud peut augurer d’un retour en force du virus à l’automne. Si on ne veut pas alterner « confinement » et confusion généralisée, rebaptisée « retour à la normale », il y a urgence à développer des revendications spécifiques pour l’Éducation nationale : la titularisation de touTEs les précaires, sans condition de nationalité, et de touTEs les stagiaires ; l’augmentation du nombre de postes ouverts aux concours pour permettre une augmentation massive du nombre d’enseignantEs et des cours à effectifs réduits ; des embauches de personnels territoriaux, des infirmières et médecins scolaires qui manquent dramatiquement. Il s’agit en outre de repenser les programmes, non pour développer l’enseignement à distance dont on a mesuré l’échec et le caractère profondément inégalitaire, mais pour repenser la pédagogie et les contenus en commençant par mettre à la poubelle les réformes de Blanquer des lycées généraux, technologiques et professionnels, ainsi que de l’école élémentaire.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.