Lycée Condorcet de Montreuil : comment se crée un foyer épidémique

Le récit du développement de ce foyer épidémique montre comment s’est propagé le virus sans qu’aucune mesure ne soit prise par l’administration ou les autorités sanitaires. Alors que le ministre a passé son été sur les spots touristiques et sportifs, l’impréparation de la rentrée a permis au virus de se propager et de créer des dizaines de foyers épidémiques. Loin de « la rentrée dans la joie » il s’agit d’une rentrée dans la seconde vague épidémique.

Jeudi à 13 heures une collègue nous apprend qu’elle a été testée positive après avoir effectué un test lundi soir (elle avait des maux de tête et des éternuements). Elle nous signale aussi qu’elle a pris ses 2 classes de seconde lundi.

En fait l’ARS considère une période d’incubation de 7 jours avant l’apparition des symptômes, donc la collègue a fait sa pré-rentrée avec nous, a pris en charge toutes ses classes (3 en tant que stagiaire), s’est rendue à la cantine, en salle des profs, en salle des profs de sciences expérimentales car elle prof de SVT (celle-ci est petite et peu aérée et pas mal de collègues y travaillent et y mangent), et sans doute à l’INSPE...

Jeudi après-midi le représentant des enseignants au CHSCT du lycée contacte le Proviseur. Il nous apprend qu’un autre personnel est suspecté et s’est fait tester et qu’il établit la liste des cas contacts en lien avec l’infirmière pour la communiquer à la direction académique et l’ARS. C’est à eux de prendre, si nécessaire des mesures d’éloignement. Au cours de l’échange il est question d’annuler la réunion entre les parents et les professeurs de seconde dont deux classes ont été en contact avec la collègue.

À 15h51, la Proviseure adjointe nous envoie le mail suivant : « Un cas confirmé et un cas de suspicion parmi le personnel de l'établissement nous ont été déclarés aujourd'hui. Les personnels concernés sont en quatorzaine. La direction académique et les autorités sanitaires ont été prévenues. Soyez certains que nous vous informerons des consignes précises qui nous parviendraient selon l'évolution de la situation. Les gestes barrière appliqués par tous sont la meilleure prévention face à l'épidémie.
Les réunions parents professeurs de seconde prévues ce soir à 18h et 18h30 sont maintenues. Nous vous engageons à faire respecter les mesures de distanciation physique dans les salles. Elles seront appliquées et rappelées lors des plénières.
Cordialement »

Mais l’administration ne demande pas aux personnes de liste de rester chez elles pour se faire tester contrairement aux directives officielles et ne prend aucune mesure générale d’isolement.

Vendredi un nouveau cas COVID est déclaré. Cette fois ci c’est un EAD. Il est en contact avec beaucoup d’élèves et a participé à la distribution des manuels scolaires. Il travaille dans de petits locaux peu aérés avec ses collègues de la vie scolaire. Par ailleurs il participe au pot habituel avec des collègues dans le bar d’à côté et il est resté tard la semaine dernière. Personne ne portait de masque...

Ce dimanche nous apprenons qu’une laborantine est affectée par le COVID. Avec elle, le lycée Condorcet de Montreuil est devenu un foyer épidémique. 
Aucune mesure d’éloignement n’a été prise, les cas contacts n’ont pas été éloignés de l’établissement. Et, bien sûr, même si tous les personnels ont reçu deux masques et que les élèves respectent les gestes barrières, aucune mesure supplémentaire n’a été prise avant la rentrée pour faire face à la situation : pas de personnel recruté pour désinfecter les locaux, pas de limitation des effectifs dans les salles de classe malgré les demandes des personnels, pas de formation des enseignants et des élèves aux outils d’enseignement à distance, pas de fourniture de matériel permettant de l’assurer.

Depuis jeudi aucune annonce n’a été faite de la part de la direction et les personnels doivent user de leur droit de retrait pour faire face à la situation et se protéger.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.