Le militantisme hors-la-loi à la fac de Nanterre

Nos camarades Micka et Victor ont été interdits d’accès à l’université. 

Pas de vacances pour la répression à la fac de Nanterre : la présidence de la fac a profité des derniers congés pour envoyer un courrier à deux de nos camarades de la fac de Nanterre, Micka et Victor, syndicalistes étudiants à l’UNEF et militant du NPA. À l’intérieur de l’enveloppe, un arrêté du président de l’université en personne, Jean-François Balaudé, qui avait pris, seul, la décision de leur interdire tout accès à l’université pour une durée de 30 jours (le maximum légal) dès la rentrée du 7 janvier.

Convocation pour des poursuites disciplinaires

En cause : leur implication dans le mouvement contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers, qui a démarré particulièrement fort sur la fac de Nanterre, ou encore l’utilisation d’un « mégaphone » dans un amphi ! 

Comme bon nombre d’autres étudiantEs du comité de mobilisation, Victor et Micka ont appliqué une décision prise par une AG plus de 2 000 étudiantEs de reporter les partiels de décembre pour permettre de continuer la grève en cours des étudiantEs : c’est ce qui leur est reproché aujourd’hui et c’est le prétexte choisi par la fac pour les prendre pour cible. Faire respecter des décisions d’AG massives, et donc particulièrement légitimes, semble être devenu illégal sur la fac de Nanterre. D’autant qu’après les arrêtés d’interdiction, ils viennent de recevoir une convocation pour des poursuites disciplinaires...

Un rassemblement unitaire aura lieu lundi 21 janvier à 12 h 30 à la fac de Nanterre, au bâtiment B, soyons nombreuses et nombreux ! Nous exigeons l’abandon immédiat des poursuites disciplinaires contre Micka et Victor !

Correspondant

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.