Un petit geste pour le climat : renverser le capitalisme

Le constat est là : la planète brûle. On l’a vu encore tout l’été. L’Amazonie est en feu, les canicules et les sécheresses se répètent tandis que les glaciers fondent et que la biodiversité disparaît. Cette destruction de la planète, si on en parle autant aujourd’hui, c’est surtout grâce au mouvement des lycéens et des étudiants qui dure depuis plusieurs mois à travers le monde entier : c’est un premier pas, continuons à nous faire entendre !

Que faire pour sauver la planète ? 

On le dit dans les manifs : les « petits gestes » ne suffiront pas. Le coeur du problème, ce sont les grandes entreprises qui produisent et vendent selon l’argent qu’elles ont à se faire. Le pétrole ou le charbon sont les énergies les plus rentables ? Alors, elles continuent à utiliser du pétrole et du charbon. Une ligne de train ne rapporte pas assez ? Ils la ferment. Trop cher de recycler les déchets lourds en UE, et interdit de les exporter ? Pourtant les décharges sauvages se multiplient en Malaisie, au Ghana... Tant que cette petite minorité qui détient les grandes entreprises décidera de ce qu’on produit et de comment, avec comme seule logique la rentabilité, on fonce dans le mur. 

Pourtant les solutions existent : développer et rendre gratuits les transports collectifs, réduire le temps de travail, arrêter l’obsolescence programmée... Un seul obstacle : le capitalisme et ceux qui le défendent. Alors c’est le système qu’il faut changer, pas le climat !

Ils repeignent la façade en vert 

Macron a beau dire qu’il est devenu écolo, sa politique est tout le contraire : recul de la date d’interdiction des pesticides, autorisation de nouveaux forages pétroliers, fermeture et privatisation des lignes de train. Et quand il fait des mesures prétendument écologiques, c’est toujours les mêmes qui paient comme avec les Gilets jaunes et l’augmentation du prix de l’essence.

Comme si c’était un choix de devoir prendre la voiture pour aller travailler, faire ses courses ou se soigner ! Pendant ce temps, Total fait 10 mds de bénéfices par an, et les plus riches dont la consommation est la plus polluante peuvent continuer à bronzer sur leurs yachts, ce n’est pas Macron qui viendra les déranger.

Ne pas leur demander : exiger !

Greta Thunberg est devenue le symbole de la contestation et fait le tour des Parlements du monde entier. Mais ce n’est pas suffisant. L’inaction des gouvernements ne vient pas de nulle part : ils ne veulent en aucun cas s’affronter aux grandes entreprises.

C’est un combat qui s’ouvre devant nous, dans lequel on ne pourra compter que sur notre propre mobilisation : nous, lycéens et étudiants, mais aussi l’immense majorité de la population. Les salariés ont les mêmes intérêts que nous : se battre pour un système où on aurait le pouvoir de décider collectivement, en accord avec nos besoins et pas pour leurs profits !

En grève pour le climat le 20 septembre ! Une nouvelle grève pour le climat aura lieu à partir du vendredi 20 septembre. Soyons les plus nombreux possible dans la rue. Pour cela, organisons-nous sur nos lycées et nos facs pour débattre des problèmes environnementaux et préparer la mobilisation : il y a urgence !

Secteur jeunes du NPA

Version PDF

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.