Strasbourg : les flics pour protéger Vinci

Le projet de Grand contournement Ouest de Strasbourg (GCO) a entrainé, le 2 septembre, l’abattage, à quelques kilomètres de Strasbourg, de 2 hectares d’une forêt centenaire peuplée d’espèces animales protégées. Cette parcelle permet l’aménagement de la liaison autoroute A35/GCO. Au total ce sont 20 hectares qui ont été détruits.

À 6 heures du matin, des militants anti-GCO ont investi la forêt. La gendarmerie nationale en nombre a, au bout d’un certain temps, encerclé le groupe et procédé à des contrôles d’identité, nous accusant d’avoir organisé sur la voie publique une manifestation non déclarée.
En fin de matinée, l’entreprise de bûcheronnage est arrivée après que la gendarmerie se fut assurée du départ des militantEs. Nos propres « vigiles » ont constaté que les travaux débutaient et ont donné l’alerte.
Unités d’élite contre militantEs
Des militantEs ont alors réussi à déjouer la surveillance des flics et à s’introduire dans la zone de coupe non balisée donc non interdite au public. Pendant quelques minutes, ils et elles ont arrêté les machines avant d’être évacués par le PSIG, peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie.
Le PSIG était composé entre autre de l’unité dite « Sabre », qui selon le site du ministère de l’Intérieur, intervient lors de tueries de masse avec un armement réservé aux unités d’élite, tel que fusils d’assaut ou boucliers résistants aux balles de Kalachnikov ! Du « beau monde » pour des militants écologistes non violents, dont certains membres du NPA. Un camarade a été violemment plaqué au sol, de dos, sans sommation, alors qu’il prenait des photos. En état de choc, notre camarade a été examiné par le SAMU.
Il fallait au moins ça pour protéger Vinci et ses filiales, alors que les tribunaux n’ont pas statué définitivement sur le dossier et que la construction de cette aberration écologique et économique se poursuit sur 24 km avec l’aide permanente de milices ­privées et de la gendarmerie.
Faire de plus en plus peur à ceux qui contestent les choix macroniens, l’ordre capitaliste bien établi, voilà la signification de cette démonstration de force dans la forêt du Kritwald au nord de Strasbourg. Macron le grand défenseur de la planète chez les autres, lâche ici ses chiens de garde. Cela ne doit pas nous empêcher de continuer à manifester pour défendre notre environnement et nos libertés publiques.
Correspondante

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.