La pollution à l’ozone à rendrait-elle intelligent ?

Ça chauffe dans le cerveau des dirigeants de la Métropole Marseille-Aix ! Alerte de niveau 1, alerte de niveau 2… la canicule vient rappeler brutalement que le tout-voiture nous mène à la mort (de moins en moins) lente.

Quand les 2 millions d’habitants se déplacent très majoritairement en voiture, le département des Bouches du Rhône étouffe, suffoque, crève ! Et c’est trop facile d’accuser le soleil et la chaleur. Non, ce qui nous fait crever, c’est un mode de développement et de transports, aberrant et inhumain.

Alors que de plus en plus de lignes TER sont menacées de fermeture (ligne des Alpes, Côte bleue, desserte de Pertuis…), alors que les dessertes ferroviaires Marseille-Aix ou Marseille-Aubagne se trainent au rythme de 3 à 5 trains par heure (en heure de pointe !), on continue à développer le réseau autoroutier avec la bénédiction de l’Etat, du Conseil Départemental, des villes de Marseille et Aix, et de la Métropole.

Et d’un coup, nos éluEs s’affolent (eux et elles aussi, toussent !) et prennent des mesures d’urgence : baisse de 20 km/h de la vitesse maxi sur les voiries ; stationnement gratuit pour les résidents du centre-ville de Marseille ; gratuité de l’abonnement « vélo » (abonnement « court », uniquement, ‘faut pas pousser !), interdiction des poids lourds en transit ; ticket unique valable toute la journée sur les réseaux RTM et Aix-bus…

Passons sur le fait que limiter les poids-lourds après avoir sacrifié le fret ferroviaire à la route, relève de la mauvaise blague… Mais ce qui saute à nos yeux rougis de pollution, c’est que ces mesures de bon sens (et sans même aller jusqu’aux transports gratuits) sont prises dans l’urgence et surtout restent insuffisantes et provisoires.

Pourquoi rendre gratuit le seul abonnement « vélo » et pas les bus, trains, métros et trams ?

Pourquoi étendre la validité sur la journée au seul ticket « détail » et pas à l’ensemble des titres transports ?

Faut-il étouffer pour comprendre que le stationnement gratuit pour les résidents, limite doublement la circulation ? Un habitant du centre-ville qui n’aura pas à payer d’horodateur à partir de 8h du matin, laissera plus facilement sa voiture en stationnement près de chez lui, et vu le peu de places disponibles, les automobilistes de la banlieue laisseront la leur plus facilement sur un parking relai… surtout si les transports sont gratuits.

Eh bien non, les « responsables » n’y ont jamais pensé. Mais « rassurons-nous », même dans ce cas, leur chère discrimination sociale continue à s’imposer.

Il a été décidé la mise en place d’une vignette « Crit’Air » pour distinguer les véhicules polluants (anciens) et les « propres » (récents). Sauf que ce sont toujours les mêmes qui auront plus que d’autres les moyens d’en changer plus souvent.

Cette nouvelle alerte canicule - pollution à l’ozone… qui ne sera sans doute pas la dernière, rend d‘autant plus urgent le combat pour le fret ferroviaire et pour la gratuité des transports. Cette dernière mesure doit à nos yeux être défendue avec acharnement pour au moins 3 raisons : défense d’un Service Public des transports ; justice sociale ; défense de l’environnement. Mais à condition de ne pas s’en remettre à celles et ceux qui, de droite ou « de gauche », sont les responsables de cette situation. À condition de s’en prendre au système responsable : le capitalisme.

Correspondant

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.