Communiqué du NPA. Taxe carbone : inefficace écologiquement, injuste socialement.

Les dépenses énergétiques représentent déjà 2 300 euros en moyenne pour un foyer, soit plus d’un mois de revenus pour de très nombreux ménages.

Le rapport de M. Rocard propose au gouvernement, pour lutter contre le changement climatique, une ponction supplémentaire de 300 euros, à la compensation aléatoire et partielle. Alors que le droit à l'énergie doit être un droit fondamental pour tous, avec la taxe carbone il deviendra de plus en plus un luxe.

Plus de 50% des 8 milliards d’euros par an récupérés par l’Etat serait ponctionné sur les ménages. La tentation sera forte d’utiliser ce pactole pour compenser la disparition de la taxe professionnelle ou pour offrir aux patrons un allégement de charge sociale.

Sous prétexte de lutte contre le changement climatique, le gouvernement ferait payer aux travailleurs un nouveau cadeau au patronat.Le projet de taxe carbone doit être abandonné.

Baisser de 80 à 95% nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 exige des changements économiques, sociaux et structurels profonds.

Pour faire face aux défis climatiques qui nous attendent, il est urgent de prendre des mesures radicales : transports en commun gratuits et de qualité, plan de réhabilitation des logements mis en œuvre par un nouveau service public du logement et financé grâce aux surprofits des compagnies pétrolières et gazières, programme public de développement de l’énergie solaire financé par la réorientation des crédits actuellement alloués au nucléaire, remise en cause de l'éloignement domicile-travail, de l'éclatement au niveau mondial du processus de production qui fait exploser le transport et le rejet de CO2.

Le 23 juillet 2009.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.