Même poursuivi le papillon jamais ne semble pressé (Cosey)

Galerie Barbier, 4 septembre – 3 octobre 2020. Du mardi au samedi de 14 h à 19 h 30 ; 10 rue Choron, 75009 Paris, M° Notre-Dame-de-Lorette. Entrée libre.

Le grand dessinateur suisse Cosey, président du festival BD d’Angoulême 2018, revient à Paris pour une exposition consacrée à ses romans graphiques (genre qu’il fut le premier à populariser).

Trait vibrant, aérien et coloré

Du Voyage en Italie (1988) à Joyeux Noël, May (1995) en passant par Orchidéa (1990), une centaine de planches originales sont exposées sur un double niveau. Le vernissage aura lieu le jeudi 3 septembre et une dédicace est prévue le vendredi 4 septembre sur un tirage de luxe édité par la galerie qui contiendra également des originaux de Saigon Hanoï (1992). L’occasion de retrouver des vétérans cassés de la guerre du Vietnam mais sublimés par le trait de Cosey.

Le dessin de Cosey se caractérise par un trait vibrant, aérien et coloré, qui explose les cases pour raconter avec le moins de mots possibles. Chaque phylactère « artisanal » est étudié pour renforcer le dessin, que ce soit en ville ou dans les grands espaces, souvent enneigés.

Cosey travaille actuellement sur un 17e et ultime album de sa série « Jonathan » pour clôturer la saga. L’auteur ne révèle aucun secret sur son travail mais il est probable qu’il nous emmènera une dernière fois au Ladakh et au Tibet occupé où certains de ses personnages fétiches étaient restés, ce n’est pas une confidence de l’auteur mais une supposition du rédacteur. Il faudra s’armer de patience car la publication est prévue pour l’automne 2021.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.